Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

La lourde dette publique italienne

Le Commissaire européen aux Affaires économiques Pierre Moscovici
Le Commissaire européen aux Affaires économiques Pierre Moscovici -
Tous droits réservés
REUTERS/Francois Lenoir
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

L'Italie est une nouvelle fois sous la menace de sanctions européennes. La Commission propose l'ouverture d'une procédure pour déficit excessif. La dette publique italienne devrait atteindre cette année 133% du Produit intérieur brut, loin des 60% autorisés par les règles du Pacte de stabilité et de croissance. Le Commissaire européen en charge des Affaires économiques assure que ce choix n’a rien définitif. "Comme toujours, comme avec tous les Etats membres, nous attendons de nouvelles données qui pourraient changer notre analyse", précise Pierre Moscovici.

Cette annonce devrait raviver les tensions entre la Commission européenne et l'Italie. En octobre dernier, le Commissaire avait déjà lancé un avertissement sur l'état de la dette italienne. Cette mise en garde avait provoqué la colère du gouvernement populiste italien. Pierre "Moscovici devrait comprendre que la menace n'est pas la bonne approche. Intimider les cinq millions de pauvres en Italie n'est pas la bonne solution", répond l’eurodéputé populiste Angelo Ciocca.

Pour éviter des sanctions Rome doit mettre en place des coupes budgétaires évaluées entre 3 et 4 milliards d'euros. Mais le gouvernement italien devra agir rapidement. Les Etats membres ont deux semaines pour approuver ou non les recommandations de la Commission européenne. "Nous savons par expérience que les Etats membres et les gouvernements sont réticents en général à punir leurs partenaires. Mais cette fois-ci les alliances seront peut-être plus difficiles", explique Cinzia Alcidi, chercheure au CEPS (Centre for European Policy Studies). Elle souligne d’ailleurs l’isolement de Rome au sein du Conseil, l’institution qui représente les Etats membres.

La suite de la procédure dépendra de la capacité des autorités italiennes à négocier avec la Commission. La tâche s'annonce particulièrement difficile pour un gouvernement en pleine crise. La coalition entre le Mouvement 5 étoiles et la Ligue est divisée sur de nombreux dossiers dont le respect des règles budgétaires européennes.