Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.

DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Des milliers de Vénézuéliens en Colombie après la réouverture de la frontière

Des milliers de Vénézuéliens en Colombie après la réouverture de la frontière
Taille du texte Aa Aa

Plusieurs milliers de Vénézuéliens ont traversé samedi la frontière avec la Colombie, rouverte partiellement la veille par le président Nicolas Maduro, en quête de provisions et de médicaments, ont constaté des journalistes de l’AFP.

Vendredi, le président socialiste avait ordonné la réouverture de la frontière avec la Colombie dans l’Etat de Tachira (ouest), près de laquelle la communauté internationale avait massé son aide humanitaire refusée par Caracas.

Dès les premières heures samedi, des milliers de personnes se sont précipitées sur les ponts frontaliers reliant les deux pays et des longues files d’attente étaient visibles tout au long de la journée, ont constaté des journalistes de l’AFP.

“Mes deux filles ont la dengue, elles ont de la fièvre et j’ai dû venir chercher des soins en Colombie”, raconte Belky Rangel, 34 ans, sur le point de fondre en larmes après avoir attendu trois heures avec ses enfants de cinq et huit ans pour parvenir jusqu‘à la ville de Cucuta, du côté colombien.

A la mi-journée, 18.000 personnes avaient franchi la frontière depuis le Venezuela et 8.000 depuis la Colombie, a indiqué à l’AFP le chef du service de la Migration en Colombie, Christian Krüger.

Avant la fermeture de la frontière en février, environ 30.000 personnes traversaient quotidiennement le pont international Simon Bolivar, qui relie la ville de San Antonio del Tachira, au Venezuela, à Cucuta, selon les services migratoires.

Les conteneurs déposés côté vénézuélien pour empêcher toute entrée de l’aide humanitaire, considérée par le pouvoir chaviste comme un prétexte à une intervention militaire étrangère, étaient toutefois toujours en place, empêchant tout transport de marchandises.

“Ils n’ont pas enlevé les conteneurs, le passage est difficile, il y a beaucoup de gens” du côté vénézuélien, raconte Carlos Julio Pérez, 55 ans, qui a patienté plusieurs heures avant de pouvoir se rendre à une consultation médicale à Cucuta.

Lorsque la frontière était fermée, nombre de Vénézuéliens s’aventuraient par les sentiers clandestins reliant les deux pays, à la merci des passeurs et groupes armés.

Selon les Nations unies, plus de trois millions de Vénézuéliens ont quitté leur pays depuis 2015 pour fuir la pire crise économique de l’histoire récente de ce pays richissime en pétrole.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2019 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.