Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.

DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La solution à deux Etats, seule issue au conflit israélo-palestinien pour Berlin

La solution à deux Etats, seule issue au conflit israélo-palestinien pour Berlin
Taille du texte Aa Aa

L’Allemagne a réaffirmé dimanche à Amman que la solution dite “à deux Etats”, israélien et palestinien, était la “seule solution” pour mettre fin à ce long conflit, à l’approche d’une divulgation d’un plan de paix américain controversé.

“La question palestinienne était au coeur de nos discussions”, a déclaré le ministre jordanien des Affaires étrangères Aymane Safadi, lors d’une conférence de presse conjointe avec son homologue allemand Heiko Maas.

“Nous sommes toujours d’accord sur le fait qu’une solution à deux Etats à travers des négociations est la seule solution”, a poursuivi le haut diplomate allemand.

Aucune date n’a été fixée pour la présentation du plan de paix israélo-palestinien préparé et annoncé de longue date par Washington. Les Etats-Unis ont toutefois prévu de présenter fin juin à Bahreïn le volet économique de cette initiative.

Fin mai, le gendre et conseiller du président Trump, Jared Kushner, en tournée régionale pour promouvoir le plan, a rencontré le roi Abdallah II de Jordanie.

Promettant des idées nouvelles, M. Kushner refuse de parler de la solution dite “à deux Etats”, pourtant au coeur de la diplomatie mondiale depuis des décennies.

Dans une interview samedi dans le New York Times, l’ambassadeur américain en Israël, David Friedman, a lui estimé que l’Etat hébreu avait “le droit de conserver une partie de, mais pas toute, la Cisjordanie”, territoire palestinien occupé par Israël depuis plus de 50 ans.

Les Palestiniens ont de leur côté d’ores et déjà rejeté le plan américain tant l’administration de Donald Trump s’est discréditée, selon eux, par ses mesures foncièrement pro-israéliennes, comme la reconnaissance de Jérusalem comme capitale d’Israël fin 2017.

Les ministres jordaniens et allemands ont par ailleurs souligné l’importance de l’Agence des Nations unies pour les réfugiés palestiniens (Unrwa), précisant qu’ils continueraient à soutenir cette agence, qui a récemment rejeté l’appel américain à son démantèlement.

En 2018, les Etats-Unis avaient annoncé mettre fin à leur aide financière annuelle de 300 millions de dollars, estimant que l’Unrwa avait fait son temps, 70 ans après la création d’Israël.

Pays allié des Etats-Unis, la Jordanie est le gardien des lieux saints musulmans à Jérusalem et accueille, selon l’ONU, près de 2,2 millions de réfugiés palestiniens sur une population de 6,6 millions.

M. Maas a également annoncé un prêt sans condition de 100 millions de dollars de l’Allemagne à la Jordanie, en proie à des difficultés économiques chronique.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2019 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.