Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.

DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Argentine: six ans de prison pour le vice-ministre qui cachait des millions au couvent

Photo non datée de José Lopez, vice-ministre des Travaux publics des années Kirchner, à Buenos Aires
Photo non datée de José Lopez, vice-ministre des Travaux publics des années Kirchner, à Buenos Aires -
Tous droits réservés
Victoria Egurza
Taille du texte Aa Aa

Le vice-ministre des Travaux publics des années Kirchner, José Lopez, pris en flagrant délit alors qu’il dissimulait 9 millions de dollars dans un couvent des environs de Buenos Aires, a été condamné mercredi à six ans de prison.

Proche parmi les proches, il était arrivé au gouvernement en 2003 dès la prise de fonction du président Nestor Kirchner. Il ne l’avait quitté que fin 2015, à la fin du second mandat de Cristina Kirchner.

Le juge Claudio Bonadio, qui instruit le grand scandale des “Cahiers de la corruption”, soupçonne le ministère des Travaux publics d’avoir été durant l’administration Kirchner une plaque-tournante. Le ministre Julio De Vido et plusieurs vice-ministres et hauts fonctionnaires sont poursuivis pour avoir exigé des pots-de-vin à des chefs d’entreprise.

Pour les faits commis en juin 2016, José Lopez ne pourra plus exercer de fonction dans l’administration publique et devra payer une amende correspondant à 60% de l’enrichissement illicite estimé, dont le Tribunal fédéral N.1 de Buenos Aires n’a pas précisé le montant.

Outre Lopez, la soeur Celia Inés Aparicio, 80 ans, faisait partie des six autres accusés. Jugée pour complicité pour avoir ouvert la porte du couvent à Lopez, elle a été acquittée.

L‘épouse de José Lopez, Maria Amalia Diaz, a été condamnée à deux ans prison avec sursis pour complicité d’enrichissement illicite.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2019 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.