DERNIERE MINUTE

Tour de France: le trident d'Ineos, privé de Froome, perd sa valeur sûre

Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Une pointe en moins: l‘équipe Ineos, qui a perdu mercredi sa valeur la plus sûre, Chris Froome, alignera cependant deux des favoris, Geraint Thomas et Egan Bernal, au départ du Tour de France, dont elle a raflé les dernières éditions.

Froome sur son lit des soins intensifs du CHU de Saint-Etienne, où il a été opéré avec succès, de l’avis médical, d’“une fracture complexe ouverte du fémur droit” puis du coude droit, pendant près de quatre heures, l‘équipe Ineos entame un nouveau chapitre après la chute de son chef de file au Dauphiné. Sans que la tournure du Tour soit obligatoirement différente à partir du 6 juillet, date du coup d’envoi à Bruxelles.

- Sans doute la même stratégie /p>

Au Dauphiné, le ton était à la compassion après l’accident du Britannique, dont la saison 2019 est déjà terminée. “Ce n’est jamais réjouissant”, “c’est toujours malheureux”, ont réagi sur la même ligne Romain Bardet et Thibaut Pinot. Tous, parmi les favoris de juillet, souhaitent bon rétablissement au quadruple vainqueur du Tour, présent à six reprises sur le podium depuis 2012.

Quand il est interrogé sur les conséquences pour le Tour 2019, Dave Brailsford, le patron de l‘équipe, temporise. “C’est encore trop tôt pour définir les rôles de Geraint et d’Egan”. D’autant que ses deux leaders sont prévus au départ du Tour de Suisse, l‘équivalent helvétique du Dauphiné, qui commence samedi.

L‘équipe Ineos (qui a succédé à Sky) reprendra-t-elle sa tactique habituelle basée sur le contrôle de la course ? Yvon Madiot, directeur sportif de Thibaut Pinot, penche pour l’affirmative: “Elle prendra la course en main. Pour le chrono par équipes (2e étape), l’absence de Chris Froome change un peu la donne mais, s’ils sont dans les deux premiers, ils vont contrôler. C’est leur système, la gestion des hommes, du fonctionnement, des courses.”

Bernal : un favori dans le jeu –

Stéphane Goubert, directeur sportif de Romain Bardet, renchérit: “Le malheureux accident de Chris (Froome) va modifier leur stratégie pour la fin du Dauphiné mais pas pour le Tour. Il reste Geraint Thomas, qui est le vainqueur sortant et Egan Bernal, qui aura automatiquement plus de responsabilités sur le Tour. Cela enlève un favori mais ça en remet un autre dans le jeu.”

Vainqueur de Paris-Nice en mars, le jeune grimpeur colombien (22 ans) est présenté comme un phénomène en montagne. Mais son passé dans le Tour se limite à une expérience, l’an passé, en tant que précieux lieutenant de Thomas et Froome.

Le coup de théâtre de Roanne justifie la prudence de Dave Brailsford qui a orienté son prodige vers le Tour au début du printemps, avant qu’une chute (opportune et sans réelle conséquence) le prive du Giro et du risque de dépenser trop d‘énergie en Italie. Le Colombien, issu d’un pays qui n’a encore jamais gagné la Grande Boucle, va logiquement être plus exposé, surtout à l’approche du Tour.

“Pour Bernal, ça change peut-être plus du côté psychologique”, confirme Roberto Damiani, l’ancien directeur sportif de l’Australien Cadel Evans aujourd’hui chez Cofidis. “Quand on a un grand leader qui est chargé des responsabilités, on est quelquefois dans la zone de confort. Quand on est directement chargé de responsabilités, ça change quelque chose dans la tête”.

“Mais Bernal n’est pas seul”, ajoute Damiani, convaincu que l‘équipe britannique sera “la favorite du Tour”: “La puissance d’Ineos est tellement grande !”

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2019 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.
Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.