DERNIERE MINUTE

Tony Parker se lance dans l'immobilier sportif où "tout est à refaire"

Tony Parker, fraîchement retraité des parquets NBA, présent sur le circuit des 24 Heures du Mans, le   14 juin 2019
Tony Parker, fraîchement retraité des parquets NBA, présent sur le circuit des 24 Heures du Mans, le 14 juin 2019 -
Tous droits réservés
JEAN-FRANCOIS MONIER
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

“Il y aurait toutes les salles de basket à refaire”: Tony Parker, tout juste retraité des parquets mais déjà lancé dans sa reconversion de businessman, compte miser sur son expérience des Etats-Unis pour refondre le paysage de l’immobilier sportif français, a-t-il confié à l’AFP.

Invité en marge des 24 Heures du Mans par Patrice Lafargue, président du groupe immobilier IDEC qui fait courir une écurie dans la célèbre épreuve d’endurance automobile et dont Parker est l’ambassadeur, l’ex-basketteur de 37 ans a fait part vendredi de ses projets dans ce domaine en France.

“J’ai pensé que l’on pouvait faire quelque chose de sympa dans le domaine de l’immobilier et pour le côté sportif”, a-t-il affirmé sur le circuit des 24 Heures, se disant “en confiance” au moment de lancer avec Patrice Lafargue la société “9 PROM” réunissant les intérêts des deux hommes d’affaires.

Quatre jours après avoir annoncé la fin de sa carrière sportive, il a souligné qu’en raison de sa longue expérience de 18 ans en NBA aux Etats-Unis, il avait “toujours été attiré par ce monde-là”.

“J’avais envie de progresser et d’apprendre encore plus sur comment cela se passe en France. Ce n’est pas un secret” qu’il y a un sous-équipement en France, a-t-il affirmé. “Pour mon sport, le basket, il y aurait toutes les salles dans toutes les villes de France à refaire”.

“En foot, il y a aussi plein de choses à faire, et ensuite j’ai envie de venir dans tous les sports. Avec les JO qui arrivent, on est sur une vague hyper-positive et il y a beaucoup de personnes en France qui vont vouloir investir dans ça”.

- “Rencontre d’hommes” –

Patrice Lafargue a précisé qu’il n’y avait pas encore de projets spécifiques identifiés et que sa collaboration avec Tony Parker dépassait le cadre des frontières françaises.

“A nous de présenter nos ambitions et on verra si cela suscite un intérêt”, a précisé le chef d’entreprise. “On parle d’environnement sportif mais on peut aussi élargir à l’immobilier en général”, a-t-il ajouté.

Tony Parker a rejeté toute autre forme d’ambition, notamment politique. “Non, pas du tout, je n’ai aucune ambition politique, je n’ai aucune envie de faire ça”, a assuré celui qui est l’une des personnalités sportives les plus populaires en France.

Patrice Lafargue a indiqué qu’il n’avait pas l’intention d’associer pour l’instant d’autres sportifs de haut niveau à ses projets. “C’est l’histoire d’une rencontre avec Tony, d’une rencontre d’hommes, il n’y a pas de calcul”.

“Je vais me partager” entre les Etats-Unis et la France, a précisé Tony Parker. “Je serai basé aux Etats-Unis et je ferai des allers retours. J’adore les deux, j’ai toujours grandi avec les deux, j’ai toujours vécu dans les deux pays”.

Quant à la station de sports d’hiver de Villard-de-Lans, qu’il a rachetée, Tony Parker s’est satisfait “des belles perspectives là-bas”. “J’ai hâte de commencer”, a-t-il confié, tout en avouant ne pas être lui-même skieur.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2019 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.
Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.