Top 14: Toulouse de nouveau roi de France

Toulouse remporte la finale de Top 14 face à Clermont le 15 juin 2019 au Stade de France
Toulouse remporte la finale de Top 14 face à Clermont le 15 juin 2019 au Stade de France -
Tous droits réservés
Alain JOCARD
Taille du texte Aa Aa

Le drapeau rouge et noir flotte de nouveau au sommet du rugby français: sept ans après son dernier sacre, le Stade Toulousain a conquis son 20e Bouclier de Brennus, samedi en battant au Stade de France Clermont (24-18) lors d’une finale du Top 14 âpre mais sans grandes envolées.

Voilà l‘ère Guy Novès définitivement tournée, avec ce premier titre depuis le départ de l’emblématique manager, en 2015.

Deux ans plus tard, le club le plus titre de l’Hexagone touchait le fond, absent de la phase finale pour la première fois depuis… 1976.

Il renaît de ses cendres au Stade de France, point d’orgue d’une saison parfaite, où il a survolé la saison régulière, terminée 15 points devant Clermont, après avoir établi un record d’invincibilité (14 matches entre octobre et avril), de points de classement (98) et d’essais (102).

Et comme lors de l‘époque Novès (1994, 1999, 2001 et 2008), présent en tribunes samedi, il a battu en finale l’ASM, qui devra repasser pour garnir son armoire à trophée d’un troisième Bouclier de Brennus, après 2010 et 2017. Et d’un deuxième titre cette saison après le Challenge européen conquis le 10 mai contre La Rochelle (36-16).

Au passage, c’est la première fois depuis 2014 et Toulon que le leader de la saison régulière est sacré champion. Un beau champion, qui a reconquis son trône en misant sur la stabilité, puisque l’entraîneur en chef Ugo Mola est resté en poste après le fiasco de 2017.

Mola, triple champion de France comme joueur avec le Stade Toulousain (1944, 1995 et 1996), a, aidé par ses adjoints et l’ensemble du club, dont le président Didier Lacroix (arrivé en 2017), redressé le bateau en prenant le virage d’un jeu de mouvement, assis sur la formation et un paquet d’avants de nouveau féroce. Comme aux plus belles heures de Novès (1993-2015).

L’essai qui a permis aux Rouge et Noir de faire le trou samedi est d’ailleurs un condensé de ce Toulouse aux facettes multiples: charge d’Antoine Dupont, plein de gaz pendant toute la rencontre, relayé par ses avants, avant que le ballon ne soit écarté pour aboutir, en bout de ligne et après des passes dans le bon tempo, à Yoann Huget (55e, 21-12).

L’action est partie d’une touche perdue par Clermont devant sa ligne, Judicaël Cancoriet ne contrôlant pas le ballon.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2019 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.