DERNIERE MINUTE

Rugby: Toulouse a fêté le 20e titre de champion de ses héros

Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Sept ans qu’ils attendaient ce moment… Sevrés de titre depuis 2012, près de 20.000 supporters toulousains se sont massés dimanche sur la place du Capitole pour fêter le retour de leurs héros, vainqueurs contre Clermont du 20e Bouclier de Brennus de l’histoire du club.

Sous un soleil estival, les premiers supporters ont commencé à affluer en début d’après-midi. Au même moment, la délégation toulousaine se posait à l’aéroport de Blagnac où plus d’une centaine de personnes l’attendait dans une ambiance très festive.

Ce sont les deux ailiers, Maxime Médard et Yoann Huget, qui ont eu le privilège de sortir de l’aéroport avec le Bouclier de Brennus tant convoité, au milieu de supporters aux anges, pressés de toucher le fameux “bout de bois”.

Les joueurs de Ugo Mola sont ensuite arrivés place du Capitole à bord d’un bus à impériale à 16H20, sous les acclamations assourdissantes d’environ 20.000 personnes entonnant un tonitruant “On est les champions, on est les champions”.

Le bus est resté garé une trentaine de minutes devant la foule euphorique. Le temps pour le centre Sofiane Guitoune et le deuxième ligne Iosefa Tekori de prendre tour à tour le micro pour “ambiancer” le public.

- “C’est trop bon” /p>

Les deux rappeurs toulousains Bigflo et Oli, qui ont accompagné les joueurs toute la nuit, ont également participé à la fête dans le bus en entonnant leur hymne à la gloire des nouveaux champions de France.

Devant le maire (LR) Jean-Luc Moudenc, les joueurs ont prolongé le plaisir avant que les supporters ne crient “Merci, merci”.

“C’est un engouement extraordinaire auquel on ne peut pas s’habituer, c’est toujours plus fort”, a lancé Régis Sonnes, un des entraîneurs, la tête rasée façon Iroquois. A ses côtés, le troisième ligne Gilian Galan répondait à la presse… en slip.

La grande majorité de supporters étaient déjà présents au même endroit la veille pour la retransmission du match sur écran géant, à l’image de Philippe, 45 ans. “On attendait ça avec tellement d’impatience qu’il aurait fallu une épidémie de choléra pour nous empêcher d‘être là”, a-t-il confié à l’AFP.

“Et s’ils reviennent demain, j’y serai encore”, sourit son voisin Marc, 53 ans, pendant que les deux piliers Cléments Castets et Cyril Baille présentaient le Brennus au balcon de l’Hôtel de Ville.

“C’est trop bon, ces moments-là, il faut en profiter à fond”, a juste crié l’ailier Yoann Huget (32 ans) la voix cassée, en passant le témoin à Romain Ntamack, son jeune coéquipier (19 ans).

Sous les yeux de Guy Novés –

L‘émerveillement était également perceptible sur le visage des joueurs qui vivaient ce sacre pour la première fois, comme Jerome Kaino, le troisième ligne, double champion du monde avec les All Blacks.

Maxime Médard, titré pour la quatrième fois (2008, 2011 et 2012) et plus habitué au lieu, semblait lui expliquer le déroulement des festivités, sous les yeux de l’ancien manager toulousain, Guy Novès.

Un moment qui restera gravé dans la tête d’Eric, 38 ans, accompagné de son fils Victor, 7 ans. “Mon fils est né l’année du dernier Brennus (en 2012, NDLR) et j’attendais tellement de vivre ce moment avec lui que je n’aurais raté ça pour rien au monde”, assure-t-il.

Rien d’autre non plus ne pouvait faire plus plaisir à Jean, 55 ans, à qui son fils avait demandé ce qu’il souhaitait pour la fête des pères: “Le Brennus bien sûr!”

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2019 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.
Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.