Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Mer d'Oman: Washington publie des photos présentées comme incriminant l'Iran

Image transmise par le Pentagone montrant la coque du pétrolier japonais Kokuka Courageous, et publiée le 17 juin 2019
Image transmise par le Pentagone montrant la coque du pétrolier japonais Kokuka Courageous, et publiée le 17 juin 2019 -
Tous droits réservés
-
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Les Etats-Unis ont publié lundi de nouvelles photos présentées comme incriminant l’Iran dans les attaques contre deux pétroliers la semaine dernière dans la mer d’Oman.

Les onze photos rendues publiques par le Pentagone montrent notamment un objet métallique circulaire d’environ huit centimètres de diamètre attaché à la coque du pétrolier japonais Kokuka Courageous, qui est présenté comme un des aimants ayant permis de poser la mine non explosée que Washington accuse les Iraniens d’avoir retirée après l’incident, qui s’est produit le 13 juin.

Une autre photo montre la cavité provoquée par une autre mine sur la coque du même pétrolier, que le Pentagone évalue à plus d’un mètre de diamètre.

“L’Iran est responsable de cette attaque, comme le montrent les preuves vidéo et les ressources et les compétences requises pour retirer rapidement la mine aimantée non explosée”, indique le Pentagone dans un communiqué.

Les photos ont été prises d’un hélicoptère “Seahawk” de l’US Navy, précise l’armée américaine.

Selon des experts en explosifs de l’US Navy, l’emplacement choisi pour les mines, au-dessus de la ligne de flottaison, montre que l’objectif n‘était pas de couler les pétroliers.

Mais la méthode utilisée pour retirer la mine non explosée —une dizaine d’hommes à bord d’une vedette rapide, équipés de gilets de sauvetage mais pas de protections anti-explosifs— était en fait très dangereuse, selon l’un de ces experts ayant requis l’anonymat, qui a qualifié l’opération de “scénario à très haut risque”.

Les Etats-Unis ont ouvert une enquête en coopération avec plusieurs autres pays qu’ils n’ont pas nommés.

Les pays membres de l’Union européenne se sont montrés lundi prudents dans l’attribution des responsabilités pour les attaques de deux pétroliers la semaine dernière dans la mer d’Oman et ont refusé de s’aligner sur Washington qui accuse l’Iran, comme l’a fait Londres.

Les attaques perpétrées jeudi ont eu lieu au sud-est du détroit d’Ormuz, un corridor vital reliant les Etats riches en énergie du Moyen-Orient au marché mondial.

L’Iran, qui dément toute implication dans ces incidents, a menacé à plusieurs reprises par le passé de bloquer le détroit.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2019 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.