DERNIERE MINUTE

Rory Stewart, un infatigable marcheur qui crée la surprise dans la course à Downing Street

Rory Stewart, un infatigable marcheur qui crée la surprise dans la course à Downing Street
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Le ministre britannique du Développement international et infatigable marcheur Rory Stewart, qualifié pour le troisième tour de la course pour la direction du Parti conservateur et du gouvernement britanniques, est l’invité surprise de la campagne face aux poids lourds des Tories.

Ce modéré, dont les médias britanniques affirment qu’il est un ancien agent secret, a pris le contrepied de ses rivaux en défendant une approche pragmatique du Brexit, balayant à la fois les promesses “irréalistes” d’obtenir un meilleur accord avec l’Union européenne en quelques mois et les menaces de sortir brutalement du giron européen, lui qui lors du référendum de juin 2016 avait voté pour rester dans l’UE.

“L’un des éléments fondamentaux qui distinguent ma campagne des autres est que je pense qu’il ne faut pas faire des promesses qu’on ne peut pas tenir”, a exposé ce quadragénaire brun au physique sec en lançant sa campagne. Aux visions de “conte de fées”, il oppose sa “prudence”, son “sérieux” et son “réalisme”.

Il veut conserver l’accord de retrait de l’UE conclu en novembre par Theresa May et rejeté à trois reprises par le Parlement, provoquant la démission de Mme May du poste de chef du Parti conservateur.

Le ministre, 46 ans, a réussi à convaincre une partie des députés conservateurs de lui faire confiance sur le Brexit, qui sera le grand dossier du prochain locataire de Downing Street.

Réactif et habile sur les réseaux sociaux, il est devenu le chouchou des Twittos. Il a aussi rallié des poids lourds politiques, comme le numéro 2 du gouvernement David Lidington, ainsi que des personnalités comme l’ancien international de football anglais Gary Lineker qui voit en lui “le plus sensé et le plus franc des candidats tories”.

- L’anti Boris /p>

M. Stewart s’est surtout posé comme l’anti-Boris Johnson, postant sur Twitter des vidéos de ses rencontres avec des Britanniques quand son adversaire évitait les caméras, et moquant ses promesses sur le Brexit.

Outsider de cette campagne, Roderick James Nugent Stewart -de son nom complet

a pourtant suivi le parcours éducatif classique d’un membre de l‘élite britannique Eton puis Oxford et a même joué les tuteurs pour les princes William et Harry.

Mais pour son amie la réalisatrice de documentaires Jemima Khan, M. Stewart est “tout l’inverse d’un politicien de carrière qui a passé sa vie dans la bulle de Westminster”, a-t-elle déclaré au quotidien The Guardian. “Il n’a pas peur de sortir pour parler aux gens et les écouter”.

Avant d‘être élu pour la première fois député de Penrith and The Border (nord de l’Angleterre) en 2010, Rory Stewart avait débuté une carrière au Foreign office, après un court passage dans l’armée.

D’après le Telegraph, il a passé plusieurs années dans les services secrets britanniques, comme son père qui en fut un des cadres. Espion, Rory Stewart? “Non”, a-t-il répondu mardi à la BBC. Tout en reconnaissant que s’il en était un, il ne pourrait pas le dire.

Un halo de mystère entoure ce baroudeur, qui en 2002 a parcouru 9.000 kilomètres en Afghanistan, un périple raconté dans un livre, “En Afghanistan”, devenu un bestseller. Il racontera aussi dans un autre livre son expérience de gouverneur adjoint de la coalition militaire dans le sud de l’Irak, en 2003.

Revenu plus tard en Afghanistan pour travailler pour Turquoise Mountain, une association de protection de l’artisanat et de l’architecture afghans qu’il a fondée avec le Prince Charles, il rencontre Shoshana Clark, une Américaine, à l‘époque mariée. Il l‘épouse en 2012 et, deux ans plus tard, aide à mettre au monde leur premier enfant, Alexander, né sur le sol de leur salle de bain.

Aventurier, écrivain, auteur de documentaires, père de deux enfants, Rory Stewart promet aujourd’hui d‘être “un chef qui écoute, un chef qui marche” et de parcourir tous les comtés du Royaume-Uni à la rencontre des Britanniques.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2019 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.
Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.