Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Bleues: un "coach mental", pour enfin avoir le déclic ?

Les Bleues à l'issue de leur victoire face aux Nigérianes lors du match de phase de groupes du Mondial, à Rennes, le 17 juin 2019
Les Bleues à l'issue de leur victoire face aux Nigérianes lors du match de phase de groupes du Mondial, à Rennes, le 17 juin 2019 -
Tous droits réservés
Damien MEYER
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

C’est inédit dans l’histoire du foot français: les Bleues, toujours à la recherche de leur premier grand titre, comptent dans leur staff un préparateur mental, Richard Ouvrard, qui a déjà œuvré auprès des handballeuses championnes du monde puis d’Europe.

Dans l’organigramme, la Fédération française le présente comme “optimisateur de la performance”. Dans les faits, c’est un “coach mental qui aide les joueuses à formaliser des choses pour que le groupe vive mieux”, décrit la sélectionneuse Corinne Diacre.

Interrogé par l’AFP, ce spécialiste de préparation mentale, responsable pédagogique d’un master à l’INSEP (Institut national du sport) veut “éviter toute illusion ou fantasme sur une méthode exceptionnelle ou miraculeuse”.

Le natif de Nantes, 56 ans, évoque un “artisanat qui peut se pratiquer de façon formelle avec des rendez-vous réguliers individuels ou avec le groupe des joueuses (…) et de façon informelle aux repas, aux entraînements, aux réunions techniques avec les joueuses où j’observe, j‘évalue, je questionne, je partage”.

Richard Ouvrard cultive depuis de nombreuses années un joli carnet d’adresses chez les sportifs français dont le triple champion olympique de canoë Tony Estanguet ou les anciens nageurs Alain Bernard, Amaury Leveaux et Yannick Agnel.

On trouve aussi sa trace dans les archives de la fédération française de voile, qui lui remit en octobre 2012 une prime de 1.000 euros pour son rôle pendant les JO de Londres quelques mois plus tôt.

- “Son discours est positif” /p>

Plus récemment, c’est auprès des handballeuses françaises qu’il s’est distingué. Ce sont les joueuses elles-mêmes qui ont réclamé un tel profil, en 2016, au moment du retour du sélectionneur Olivier Krumbholz.

“Il est arrivé à une période de transition entre deux coaches. Ca a été une aide supplémentaire, une autre vision des choses. On s‘était dit que ça pourrait être un plus pour franchir des étapes qui ne pouvaient pas se régler de manière handballistique”, raconte à l’AFP la pivot Béatrice Edwige.

Avec lui, “c’est beaucoup de dialogue, de discussions, d‘échanges. Son discours est positif, il nous dit qu’est-ce qui t’a permis d’avoir ce résultat-là, plutôt que ça, ce n‘était pas bien. Certains vont s’imaginer que c’est un gourou ou je ne sais quoi. Ce n’est pas du tout ça… Dans certaines réunions, il ne parle quasiment pas”, témoigne la championne du monde 2017 et d’Europe 2018.

Fort de ses résultats, il a été sollicité par Corinne Diacre avant la Coupe du monde pour accompagner les Bleues du foot tout au long de la compétition. Les Françaises ne sont jamais parvenues à remporter le moindre grand titre et leur mental friable a parfois été évoqué par le passé, à tort ou à raison, pour l’expliquer.

Ces derniers jours, sans rentrer dans les détails, les joueuses ont évoqué sans tabou sa présence à leurs côtés. Que ce soit pour des entretiens individuels – “il y a des choses plus intimes qu’on aime partager avec une seule personne”, dit la capitaine Amandine Henry – ou collectifs.

“Ca nous aide, ca nous réunit encore plus pour aller au bout dans cette compétition. Il faudra rester solidaire. Des moments comme ça, ça ne fait que nous fortifier, c’est bien”, souligne l’attaquante Viviane Asseyi.

“A chacun son métier” –

“C’est super important d‘être en cohésion toutes ensemble, de penser les mêmes choses, d’avoir les mêmes objectifs. Des fois, on sait qu’on a les mêmes objectifs, mais se le dire, c’est une autre chose”, insiste Henry.

La préparation mentale est assez peu répandue dans le foot français, contrairement à d’autres disciplines. “C’est un sport où il y a beaucoup de moyens, c’est un peu étonnant qu’on ne pousse pas la machine à son paroxysme dans un domaine comme celui-là”, considère Olivier Krumbholz.

Selon lui, il y a “parfois un peu d’obscurantisme” dans le football français sur l‘évolution du coaching, quand d’autres sports “réfléchissent à la manière de réaliser les meilleures performances et à la personnalisation du travail” de l’athlète.

Certains entraîneurs redoutent-ils de perdre leurs prérogatives ? “Je ne me suis jamais senti dépossédé de quelque chose”, répond-il à l’AFP, en soulignant qu’il ne participe pas au travail effectué par le préparateur mental pour respecter toute “confidentialité”.

“Moi, j’ai mes compétences, mais je connais aussi mes limites et j’ai envie de dire à chacun son métier”, explique aussi Corinne Diacre. “Mais il n’est pas là pour gérer la pression, absolument pas. On n’a pas de pression. Jouer au football, c’est magnifique. Quand on voit tous les gens qui doivent se lever le matin pour aller à l’usine, on a beaucoup de chance”.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2019 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.