Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Mort d'Emiliano Sala: un homme arrêté pour homicide involontaire

Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

La police britannique a arrêté mercredi un homme de 64 ans originaire du Yorkshire (nord de l’Angleterre), soupçonné d’homicide involontaire dans l’affaire de la mort du footballeur argentin Emiliano Sala, fauché en pleine ascension.

Les forces de l’ordre ont refusé de donner plus de précisions sur l’identité du suspect, qui a été relâché après sa garde à vue mais coopère toujours à l’enquête.

L’inspecteur Simon Huxter a appelé dans un communiqué à éviter toute “spéculation, qui causerait de la détresse supplémentaire aux familles” des victimes “et pourrait potentiellement entraver l’enquête”, toujours “en cours”.

L’attaquant, âgé de 28 ans, allait réaliser son rêve de jouer en Premier League: il avait été transféré en janvier du FC Nantes vers le club de Cardiff (Pays de Galles). Mais il est décédé quelques jours après, le 21 janvier, lors du crash d’un petit avion en direction de la capitale galloise, qui s’est abîmé dans la Manche.

Son corps avait été localisé à bord de l‘épave de l’avion, par 67 mètres de fond, et récupéré le 7 février, alors que celui du pilote de l’appareil, David Ibbotson, 59 ans, n’a pas été retrouvé. Des premiers éléments de l’enquête menée par la justice britannique avaient conclu à un décès consécutif à des “blessures à la tête et au tronc”.

En février, le bureau d’enquête britannique sur les accidents aériens (AAIB) avait établi que l’avion qui transportait Emiliano Sala n‘était pas autorisé à effectuer des vols commerciaux.

Selon des informations de la BBC, le pilote de l’avion n‘était pas habilité à voler la nuit car il était daltonien et sa licence ne disposait pas de la “qualification au vol de nuit”. Interrogée par l’AFP, l’Autorité britannique de l’aviation civile (CAA) n’avait pas confirmé cette information, indiquant seulement que “l’enquête de l’AAIB était en cours”.

- Comparution et hommages –

Deux personnes soupçonnées d’avoir diffusé sur les réseaux sociaux une photo prise à la morgue du corps de Sala doivent d’autre part comparaître le 10 juillet devant le tribunal de Swindon (sud-ouest de l’Angleterre).

Sherry Bray, 48 ans, est poursuivie pour délit informatique, pour avoir entravé le cours de la justice et avoir envoyé un message indécent ou offensant. Christopher Ashford, 62 ans, est poursuivi pour délit informatique.

La police n’avait pas précisé comment les suspects avaient pu se procurer les images.

La dépouille d’Emiliano Sala a été rapatriée en février en Argentine. Parents, amis, émissaires de Nantes, Bordeaux et Cardiff, habitants… Ils étaient des centaines à être venus s’incliner, pleurer, poser une main sur le cercueil du footballeur à Progreso, le village argentin de 3.000 habitants qui l’a vu grandir.

Car à Progreso, on se souvient d’“Emi” à bicyclette, de ses footings, de ses buts. Quand il marquait dans le championnat de France, le défi permanent était de dénicher une vidéo de l’action de but.

Son père, Horacio, a lui succombé fin avril à une crise cardiaque chez lui, à l‘âge de 58 ans.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2019 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.