Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Espagne: "la meute" finalement condamnée pour viol à 15 ans de prison

Des femmes manifestent contre la remise en liberté provisoire des membres de "La Meute", le 22 juin 2018 à Valence (est de l'Espagne)
Des femmes manifestent contre la remise en liberté provisoire des membres de "La Meute", le 22 juin 2018 à Valence (est de l'Espagne) -
Tous droits réservés
JOSE JORDAN
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

La plus haute instance judiciaire d’Espagne a définitivement condamné vendredi cinq hommes à 15 ans de prison pour le viol collectif d’une jeune fille, dans l’affaire dite de “la Meute”, qui avait été le détonateur d’une mobilisation féministe sans précédent.

En 2018, la condamnation des cinq hommes à neuf ans de prison pour “abus sexuel” – et non pour “viol” – puis leur remise en liberté provisoire en juin avaient entraîné d‘énormes manifestations à travers le pays.

Les cinq hommes, qui se surnommaient “La Meute”, étaient accusés de viol collectif en juillet 2016 à Pampelune (nord), en pleines fêtes de la San Firmin.

Moins d’un quart d’heure après avoir rencontré la jeune femme, ivre, ils lui avaient fait enchaîner fellations et rapports sans préservatifs dans l’entrée d’un immeuble, avant de voler son téléphone et de la laisser à moitié nue.

S’en vantant sur un groupe WhatsApp, les cinq – dont un militaire et un garde civil – avaient diffusé des images de leurs agissements. Une preuve utilisée contre eux durant les procès mais aussi contre la victime de 18 ans à peine, qui dut justifier sa passivité apparente.

Cinq magistrats de la Cour suprême – dont deux femmes – ont examiné les recours présentés par l’accusation et la défense.

Ils ont conclu – à l’unanimité – qu’il y avait bien eu viol au regard du droit espagnol, qui exige des preuves d’intimidation ou de violence.

“Le récit des faits décrit une authentique scène d’intimidation, durant laquelle la victime ne consent à aucun moment aux actes sexuels menés par les accusés”, a écrit la Cour.

Elle considère que la jeune femme a “adopté une attitude de soumission”, sous l’emprise d’une “angoisse et un stress intense” et n’a pu que subir les “dix agressions, avec pénétrations orales, vaginales et anales”.

Les juges ont infligé deux années de prison de plus au garde civil qui avait dérobé le téléphone.

La procureure Isabel Rodriguez, requérant au moins 18 ans de prison contre chacun des accusés, avait fait valoir que la victime, cernée par cinq hommes de 24 à 27 ans de “forte stature”, avait “adopté une attitude de soumission et non de consentement”.

“On ne peut exiger des victimes des attitudes dangereusement héroïques”, avait-elle insisté, en considérant que “n’importe quelle personne” aurait raisonnablement adopté la même passivité.

L’avocat de la défense avait au contraire sollicité l’acquittement des accusés, en soutenant que la jeune femme avait bien “décidé d’avoir des relations” avec l’ensemble du groupe.

Selon lui, les accusés ne pouvaient se rendre compte qu’elle n‘était pas consentante, parce qu’elle n’avait pas crié ni résisté.

Il a par ailleurs assuré que ses clients n’avaient pas eu “de procès juste” car “la société” avait réclamé leur condamnation à coups de manifestations retentissantes.

Le gouvernement socialiste entend réformer le code pénal pour introduire la notion de consentement sexuel explicite, sur le modèle de la Suède, où tout acte sexuel sans accord clair est considéré comme un viol.

La victime, qui n’a jamais souhaité apparaître en public, n‘était pas présente à l’audience.

Les cinq accusés, depuis un an en liberté provisoire, n’avaient pas été cités à comparaître.

En avril 2018, ils avaient été condamnés à neuf ans de prison pour abus sexuel – aggravé d’abus de faiblesse – mais non pour viol. Une décision confirmée en décembre par une cour d’appel qui avait conclu qu’il n’y avait pas eu violence et qu’il était trop difficile de déterminer s’il y avait eu intimidation.

A travers l’Espagne, d’innombrables adolescentes étaient sorties dans les rues au printemps 2018, criant “moi, oui je te crois” à l’attention de la victime. Ce mouvement avait précédé la première grève des femmes, largement suivie dans toute l’Espagne.

Une nouvelle manifestation était prévue vendredi à 17H00 GMT devant la Cour suprême.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2019 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.