DERNIERE MINUTE

Mexique: 15.000 hommes à la frontière avec les Etats-Unis pour stopper les migrants

Patrouilles américaines à la frontière avec le Mexique, le 18 juin 2019
Patrouilles américaines à la frontière avec le Mexique, le 18 juin 2019 -
Tous droits réservés
Agustin PAULLIER
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Le Mexique a déployé près de 15.000 policiers et militaires à sa frontière avec les Etats-Unis dans le cadre de l’accord conclu avec Washington pour freiner l’immigration illégale, a annoncé lundi le ministre de la Défense, Luis Cresencio Sandoval.

“Nous avons un déploiement total, entre la Garde nationale et les membres de l’armée, de près de 15.000 hommes dans le nord du pays”, a déclaré le ministre lors d’une conférence de presse en compagnie du président mexicain Andres Manuel Lopez Obrador.

Interrogé sur la possibilité pour l’armée et la Garde nationale – composée de militaires et de policiers fédéraux – non seulement d’intercepter des migrants pendant leur traversée du territoire mexicain mais aussi de les arrêter lorsqu’ils tentent de traverser la frontière avec les États-Unis, le ministre à répondu par l’affirmative.

“Considérant que la migration (clandestine) n’est pas un crime, mais un délit administratif, nous les arrêtons et les remettons à la disposition des autorités” migratoires, a indiqué M. Sandoval.

Une photo prise par une journaliste de l’AFP pendant le week-end à la frontière avec les Etats-Unis a suscité une vague de critiques contre le gouvernement.

Le cliché montre deux femmes, accompagnées d’une fillette, arrêtées par des membres de la Garde nationale au moment où elles s’apprêtent à franchir le Rio Bravo, qui sépare Ciudad Juarez, au Mexique, de la ville d’El Paso, aux Etats-Unis.

Si les forces de l’ordre procèdent régulièrement à des arrestations de migrants clandestins sur le territoire mexicain, il était jusque-là extrêmement rare que ces interpellations aient lieu aux abords de la frontière avec les Etats-Unis.

Le Mexique “fait le sale boulot des Etats-Unis” a critiqué devant les journalistes le prêtre Francisco Javier Calvillo, qui dirige un refuge pour migrants à Ciudad Juarez. “Ce n’est pas le boulot de l’armée (…). Cette politique est une violation fragrante des droits de l’Homme” a-t-il dénoncé.

“Nous sommes devenus le mur”, s’insurge un internaute mexicain, en référence à ce déploiement à la frontière et à la promme de campagne du président américain Donald Trump de faire ériger un mur au frais du Mexique.

“Quel rôle honteux joue le gouvernement mexicain au service des désirs de Trump, en matière migratoire et politique”, écrit un autre.

Le ministre de la Défense mexicain a précisé que 6.500 hommes étaient également déployés à la frontière sud avec le Guatemala, pour empêcher le passage de milliers de migrants d’Amérique centrale qui cherchent à rejoindre les États-Unis, fuyant la violence et la misère dans leur pays.

Fin mai, le président américain Donald Trump avait menacé d’imposer des tarifs douaniers sur tous les produits mexicains importés aux Etats-Unis si Mexico ne freinait pas cette vague de migrants.

Le 7 juin, les deux pays sont parvenus à un accord. Outre le déploiement d’hommes aux frontières du pays, Mexico s’est engagé à accélérer le retour dans leur pays des migrants, dans l’attente que soit traitée leur demande d’asile aux Etats-Unis.

Un premier bilan doit être établi sous 45 jours.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2019 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.
Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.