DERNIERE MINUTE

JO-2024: la session du CIO valide les 4 sports additionnels

Le président du Comité d'organisation de Paris 2024 Tony Estanguet à Vaires sur Marne le 22 juin 2019
Le président du Comité d'organisation de Paris 2024 Tony Estanguet à Vaires sur Marne le 21 juin 2019 -
Tous droits réservés
Geoffroy VAN DER HASSELT
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Le Comité international olympique a validé à l’unanimité mardi la liste des quatre sports qui seront ajoutés au programme des Jeux olympiques de Paris-2024, à savoir le breakdance, l’escalade, le skateboard, le surf.

La présence de ces quatre sports, dont trois seront au programme des JO de Tokyo-2020, est toutefois encore soumise à un ultime examen de la part de la commission exécutive en décembre 2020.

Le CIO pourrait alors en théorie encore retirer l’un de ces sports.

“Nous avions décidé que la créativité serait au coeur de ces Jeux et qu’ils seraient innovants”, a déclaré à la presse Tony Estanguet, patron du comité d’organisation de Paris-2024 pour expliquer le choix de ces quatre sports.

Pour présenter ces sports additionnels, Paris-2024 avait convié durant la session du CIO le Français Mounir Biba, 9 fois champion du monde de breakdance ainsi que la Suissesse Petra Klingler, championne d’escalade.

Le vote de mardi est sans surprise, la centaine de membres ayant validé une recommandation de la commission exécutive du CIO prise en mars.

“Je me félicite du choix de ces quatre sports additionnels, a déclaré Samira Ashgari, membre afghane du CIO qui a témoigné que “le skateboard et le breakdance sont pratiqués dans les rues de Kaboul”.

L’escalade, le skateboard et le surf seront présents comme sports additionnels aux JO de Tokyo-2020 en compagnie du baseball/softball et feront l’objet d’un “programme de monitoring”.

Le breakdance, qui ne sera pas présent à Tokyo, n’a été jusque là présent qu’aux Jeux olympiques de la Jeunesse à Buenos Aires en octobre dernier.

Ces quatre sports représentent 248 athlètes en plus, dont 32 pour le breakdance, 72 pour l’escalade, 96 en skateboard et 48 en surf, contre 474 sportifs supplémentaires à Tokyo avec 5 sports additionnels.

Seize chez les hommes comme les femmes en breakdance “c’est peu, a reconnu Estanguet, mais c’est comme dans ma discipline en canoë slalom”.

Pour compenser ces 248 athlètes supplémentaires, le CIO va devoir supprimer des quotas dans d’autres sports, ce qui sera l’occasion de difficiles arbitrages.

En plus de ces sports additionnels, les JO de Paris-2024 pourraient aussi voir l’entrée de nouvelles disciplines, comme le Parkour, discipline née en France au début des années 90 et que la Fédération internationale de gymnastique souhaiterait ajouter. Il revient à chaque fédération internationale de proposer au CIO de nouvelles disciplines, comme le cross-country en athlétisme ou l’aviron de mer.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2019 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.
Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.