DERNIERE MINUTE

Cyclisme dopage: Denifl et Preidler suspendus 4 ans

L'Autrichien Stefan Denifl (Aqua Blue's) pose sur le podium après sa victoire dans la 17e étape de La Vuelta, le 6 septembre 2017 à Arredondo
L'Autrichien Stefan Denifl (Aqua Blue's) pose sur le podium après sa victoire dans la 17e étape de La Vuelta, le 6 septembre 2017 à Arredondo -
Tous droits réservés
JOSE JORDAN
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Les cyclistes autrichiens Stefan Denifl et Georg Preidler ont été suspendus pour quatre ans après avoir été convaincus de dopage sanguin dans le cadre de l’affaire Aderlass, a annoncé l’agence antidopage autrichienne Nada jeudi.

Premiers sportifs à écoper d’une telle sanction à la suite de ce vaste scandale qui a éclaté en février, les deux coureurs avaient été suspendus à titre conservatoire par l’Union cycliste internationale (UCI) début mars.

Denifl, 31 ans, a été convaincu de dopage sanguin de juin 2014 à fin 2018 et perd tout son palmarès lié à cette période, dont son titre de vainqueur du Tour d’Autriche 2017 (l’Espagnol Delio Fernandez 2e) et d’une étape du Tour d’Espagne à Los Machucos la même année (l’Espagnol Alberto Contador 2e).

Pour Preidler, 29 ans, le dopage a pu être prouvé de février à décembre 2018. Il perd en conséquence les deux succès acquis pendant cette période, le championnat d’Autriche du contre-la-montre (Matthias Brändle 2e) et la 6e étape du Tour de Pologne (l’Allemand Emanuel Buchmann 2e).

Les deux hommes, qui sont suspendus jusqu’au 4 mars 2023, ont reconnu les faits. A la suite de ses aveux, Preidler avait démissionné début mars de l‘équipe française Groupama-FDJ.

“Comme il a été convenu que la procédure disciplinaire serait menée par l’organisation antidopage autrichienne, l’UCI reconnaîtra ces décisions à l’expiration du délai de recours” (quatre semaines) devant le Tribunal arbitral du sport (TAS), a annoncé la fédération internationale.

L’UCI a ajouté vouloir continuer “à coopérer avec toutes les parties impliquées dans les enquêtes d’Aderlass”. Mais, a-t-elle relevé, “eu égard à la nature des enquêtes en cours”, elle n’a “aucune autre observation à formuler à ce stade”.

L’affaire Aderlass (“saignée” en allemand), qui avait éclaté en février en marge des Championnats du monde de ski nordique à Seefeld (Autriche), a affecté de nombreuses personnalités du ski et du cyclisme.

Mi-mai, l’UCI avait annoncé la suspension de deux coureurs en activité, le Slovène Kristijan Koren et le Croate Kristijan Durasek, en lien avec l’affaire Aderlass. L’ancien champion italien Alessandro Petacchi et le Slovène Borut Bozic, qui ont raccroché le vélo, ont également été cités par l’UCI.

Toujours en cours d’instruction, le dossier s’articule autour du médecin allemand Mark Schmidt, arrêté le 27 février à son cabinet d’Erfurt (Allemagne), et soupçonné d’avoir approvisionné au moins 21 sportifs de huit nationalités et de cinq sports différents, selon le parquet de Munich.

Fin mai, le parquet autrichien avait annoncé l’incarcération de l’ancien entraîneur de ski de fond autrichien Gerald Heigl, soupçonné d’avoir favorisé le dopage d’athlètes de “diverses disciplines”.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2019 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.
Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.