Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

L'affaire Epstein aura-t-elle des répercussions en France ?

L'appartement parisien de Jeffrey Epstein, près de l'Arc de Triomphe.
L'appartement parisien de Jeffrey Epstein, près de l'Arc de Triomphe.
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Y aura-t-il une affaire Epstein en France ? C'est en tout cas ce que souhaitent Marlène Schiappa et Adrien Taquet, respectivement secrétaire d'Etat à l'égalité femmes-hommes et secrétaire d'Etat chargé de la protection de l'enfance. Dans un communiqué publié ce lundi, ils demandent l'ouverture d'une enquête dans l'hexagone, pour éclaircir les liens que l'homme d'affaire entretenait avec Paris.

La ministre de la Justice, Nicole Belloubet a toutefois rappelé les secrétaires d'Etat à l'ordre : « _Les poursuites ne sont pas des décisions du gouvernement. Depuis 2013, les instructions individuelles sont prohibées, conformément au principe d'indépendance de l'autorité judiciaire _», a-t-elle déclaré dans un message à l'AFP.

Selon les éléments de la justice américaine, Jeffrey Epstein aurait effectué de nombreux allers-retours entre la France et les Etats-Unis aux débuts des années 2000. Il possédait aussi un appartement dans la capitale, près de l'Arc de Triomphe.

Par ailleurs, selon l'association "Innocence en Danger", qui réclame également l'ouverture d'une enquête, plusieurs personnes de nationalité française apparaîtraient dans les investigations menées par le FBI.

"Suicide apparent"

Contacté par l'AFP, le parquet de Paris a fait savoir lundi que « les premières vérifications sont actuellement en cours afin de déterminer si une enquête doit être ouverte sur le territoire français».

Le milliardaire américain a été retrouvé mort dans sa cellule d'une prison fédérale de New York, samedi. Il encourait jusqu'à 45 ans de prison pour "exploitation sexuelle de mineures".

Qualifiée de "suicide apparent" par l'administration pénitentiaire, cette affaire secoue les Etats-Unis. Le procès, prévu en 2020, promettait d'éclabousser plusieurs personnalités du monde politico-judiciaire.