DERNIERE MINUTE

Bien que les protestations aient diminué en taille ces dernières semaines au Liban, les manifestations se poursuivent. Mardi, ils ont recommencé à bloquer les principales autoroutes dans ce qu'ils ont qualifié de "semaine de colère", exigeant la fin d'un vide politique qui dure depuis la démission de l'ancien Premier ministre Saad Hariri, le 29 octobre dernier. Le Liban, endetté est sans gouvernement depuis cette date, les partis politiques n'arrivant pas à s'entendre sur la composition d'un nouveau gouvernement. De nombreux Libanais ont perdu leur emploi ou vu leur salaire réduit de moitié au cours des derniers mois.

Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.