DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

En Bulgarie, le traitement des déchets illégaux inquiète

euronews_icons_loading
En Bulgarie, le traitement des déchets illégaux inquiète
Tous droits réservés  Euronews
Taille du texte Aa Aa

C'est dans ce port de Varna, à l'est de la Bulgarie, que sont arrivés, illégalement, la plupart des déchets italiens. Au total, 127 conteneurs sont entrés sur le sol bulgare depuis octobre. Depuis, ils attendent de connaître leur sort.

La semaine dernière, la Bulgarie a renvoyé une trentaine d'entre eux au port de Salerno, près de Naples. Il en reste aujourd'hui une centaine sur les docks. Mais ces quais ne seraient que la première étape pour ces conteneurs remplis d'ordures. Ils seraient ensuite envoyés à travers le pays vers divers sites de stockage, des décharges illégales ou directement incinérés.

La procureure régionale de Varna a pris des mesures de répression contre ces expéditions.

Les déchets se trouvant dans ces conteneurs sont différents de ce que les documents douaniers indiquent. Sur le papier, cela devrait être uniquement du plastique et du caoutchouc, mais il s'avère qu'il y a aussi du métal, du bois et du verre. C'est ce qui rend les déchets illégaux.
Vladislava Panayotova
Procureur régional intérimaire Varna

Si les déchets eux-mêmes ne sont pas dangereux, leur incinération l'est peut-être. La centrale électrique de Bobov dol, située à quelque 70 kilomètres au sud de la capitale, Sofia, dispose d'une vaste réserve de déchets en cours de préparation pour l'incinération. Bien que le processus ait été interrompu dans le cadre de l'enquête en cours, l'interdiction n'est qu'une mesure temporaire.

De leur côté, la population et les autorités locales s'inquiètent des conséquences sur leur santé.

Le principal problème que nous rencontrons est celui des émissions de particules fines lors de l'incinération des déchets. Elles sont très dangereuses pour la population. Les experts m'ont expliqué que nous allons assister à une hausse significative des cancers dans les 5 prochaines années si les incinérations n'étaient pas arrêtées. Je suis extrêmement préoccupée par cette situation.
Elsa Velichkova
Mairesse de Bobov dol

Les permis pour l'incinération des déchets domestiques et importés ont été accordés par le ministère sans aucune étude d'impact sur l'environnement. Le doute plane également sur les capacités de ces centrales à brûler des déchets.

En attendant, leur incinération est une bonne affaire pour les usines et les centrales électriques bulgares. Rémunérées pour éliminer ces ordures, elles les utilisent à la place d'un combustible plus conventionnel.

Le contrat de la ville de Sofia avec les centrales de Bobov Dol et de Silven a été publié. Selon l'état des déchets, ces stations sont payées entre 10 et 40 euros par tonne pour leur incinération. Ce problème ne concerne donc pas seulement les déchets importés, mais aussi les nôtres.
Danita Zarichinova
Amis de la Terre Bulgarie

Les autorités bulgares se penchent sur l'implication de la Ndrangheta, organisation mafieuse de la région de la Calabre, après la saisie, en décembre dernier, d'importantes cargaisons d'ordures à destination de la Bulgarie.

Mais quelle que soit l'issue de l'enquête en cours, le pays n'interdira pas l'importation de déchets, rendu impossible par les règles du marché unique de l'Union européenne.

Cette interdiction ne servirait pas non plus ses intérêts, la Bulgarie étant un exportateur nets de déchets. Environ 370 000 tonnes de déchets ont été importées en 2017. La même année, plus de 560 000 tonnes ont fait le chemin inverse.

Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.