DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Coronavirus : partout, les mesures se renforcent pour lutter contre la propagation du Covid-19

euronews_icons_loading
Naples en Italie, le 22 mars 2020.
Naples en Italie, le 22 mars 2020.   -   Tous droits réservés  CARLO HERMANN/AFP or licensors
Taille du texte Aa Aa

"Restez chez vous !". Le mot d'ordre se répand chaque jour un peu plus aux quatre coins de la planète. Les barrages contre le nouveau coronavirus se renforcent ainsi encore plus avec un confinement général notamment en Grèce, afin de s'épargner la catastrophe vécue par l'Italie, qui a de nouveau dénombré plus de 600 morts en une journée. Second pays le plus touché d'Europe, l'Espagne a passé la barre des 2 000 morts ce lundi.

L'Europe en première ligne du "combat"

Le coronavirus a fait plus de 14 000 morts, dont plus de 7 500 en Europe, et contaminé plus de 324 000 personnes dans le monde, dont la moitié sur le Vieux Continent. Près d'un milliard de personnes à travers la planète doivent rester chez elles pour tenter d'entraver le virus.

L'Italie paie le plus lourd tribut, et de loin, avec 5 476 morts au total dont 651 morts en 24 heures selon le dernier bilan disponible dimanche. Une baisse néanmoins par rapport au pic de 793 morts la veille.

"Les chiffres annoncés aujourd'hui sont moindres que ceux d'hier. J'espère et nous espérons tous que ces chiffres pourront être confirmés dans les jours qui viennent", a dit le patron de la protection civile, Angelo Borrelli.

Ajoutant aux mesures déjà drastiques pour limiter les déplacements, le Premier ministre Giuseppe Conte avait annoncé samedi l'arrêt de "toute activité de production sur le territoire qui ne serait strictement nécessaire".

Au Royaume-Uni, où le Premier ministre Boris Johnson a mis en garde dimanche contre une accélération des chiffres, et où écoles, pubs, cinémas devront désormais garder portes closes, un projet de loi concernant des pouvoirs extraordinaires pour lutter contre le coronavirus doit être examiné lundi.

Plus de 2 000 morts en Espagne

Madrid a enregistré 462 morts en 24 heures, portant le nombre total de décès à 2 182, selon le nouveau bilan communiqué par les autorités espagnoles ce lundi.

Le nombre de morts a donc été multiplié par plus de deux en trois jours dans le deuxième pays le plus touché d'Europe par le Covid-19.

Le nombre de cas confirmé a lui dépassé la barre des 30 000 à 33 089 contre 28 572 dimanche alors que le pays a augmenté sa capacité de tests. Dans la région de Madrid, où les cas sont les plus nombreux, un hôpital de campagne a été mis en service dans la capitale. En outre, le gouvernement de Pedro Sanchez a demandé le prolongement du confinement jusqu'au 11 avril.

Mesures et sanctions durcies en France

Le président français Emmanuel Macron a préparé la population à une extension du confinement dans le pays où le dernier bilan fait état de 674 décès et 16 018 cas.

Alors que la loi promulguant "l'état d'urgence sanitaire" a été votée dans l'Hexagone, de plus en plus de médecins et de politiques demandent un durcissement du confinement.

Le conseil d'Etat a pourtant rejeté dimanche la demande de syndicats de médecins qui demandaient un confinement total de la population. Mais cette institution a toutefois enjoint le gouvernement de prendre des mesures dans les "48 heures pour revoir certaines autorisations de déplacement jugées "trop larges" ou présentant un "caractère ambigu", comme le jogging, les marchés ouverts ou les visites médicales non urgentes.

De plus en plus de collectivités locales instaurent des couvre-feux , comme Mulhouse (ville particulièrement touchée par le Covid-19 dans le département de l'est de la France du Haut Rhin) ou le département des Alpes-Maritimes.

Jusqu'à lors, la surveillance du confinement a donné lieu à près de 1,8 million de contrôles par les forces de police françaises. Sur ce chiffre, un total de 91 824 infractions pour non-respect des restrictions ont été relevées depuis leur mise en place mardi, selon Alain Thirion, directeur général de la sécurité civile et de la gestion des crises.

Conséquence de ce respect aléatoire, les sanctions ont été durcies. Les 135 euros d'amende forfaitaire passeront ainsi à 1 500 euros en cas de récidive "dans les 15 jours" et "quatre violations dans les trente jours" pourront valoir "3 700 euros d'amende et six mois de prison au maximum".

Confinement général en Grèce et Angela Merkel placée en quarantaine

La Grèce, 15 morts et 624 contaminés, passera en confinement général à partir de lundi, après avoir pris des mesures graduelles de limitation des rassemblements et de déplacements.

Angela Merkel, a décidé dimanche de "se placer immédiatement en quarantaine" à son domicile, d'où elle poursuivra ses activités, après avoir été en contact avec un médecin testé positif au nouveau coronavirus.

La chancelière allemande a fait cette annonce juste après avoir présenté de nouvelles restrictions visant à endiguer l'épidémie de Covid-19, dont l'interdiction de rassemblements de plus de deux personnes.

L'Allemagne comptait dimanche quelque 18 610 cas de contamination et 55 décès, selon l'Institut Robert Koch, chargé de la veille épidémiologique.

L'Allemagne n'a pas décidé pour l'instant de confinement à l'échelon fédéral mais certaines régions, comme la Bavière, l'ont pour leur part adopté.

Rues désertes, embouteillages, réservistes de l'armée déployés

Les rues de nombreuses villes européennes étaient vides ce weekend, comme à Pristina, la capitale du Kosovo qui a enregistré samedi ses premiers décès liés au Covid-19

Après la décision de Budapest de fermer presque totalement ses frontières, de longs embouteillages se sont formés dimanche à la frontière entre la Hongrie et la Roumanie.

Pour la première fois depuis la Seconde Guerre mondiale, la Suisse a fait appel aux réservistes de l'armée pour participer à la lutte contre le coronavirus, alors que le nombre de cas d'infections déclaré a dépassé les 7 000 dans le pays.

Trump "contrarié"

Les Etats-Unis, où 428 personnes ont succombé à ce stade au Covid-19 et plus de 33 000 ont été contaminées, préparent également une montée en puissance avec la mise en place en urgence d'hôpitaux de campagne d'une capacité totale de 4 000 lits.

Cette initiative annoncée lors d'une conférence de presse dimanche soir à la Maison Blanche par le président Donald Trump prévoit l'installation de 1 000 lits dans l'Etat de New York, le plus frappé, de 2 000 lits en Californie et de 1 000 lits dans l'Etat de Washington.

Le milliardaire s'est aussi dit "un peu contrarié" par l'attitude de la Chine, estimant que les autorités "auraient dû nous informer". "On aurait pu sauver de nombreuses vies dans le monde entier", a-t-il relevé.

La Chine nourrit à la fois les espoirs à travers le monde, avec un nombre désormais réduit de nouveaux cas, zéro cas "local" annoncé ce lundi, mais aussi des inquiétudes de deuxième vague de contamination à cause de cas "importés", 39 aujourd'hui).

Le pays a répertorié en tout 81 093 cas, dont 3 270 décès, et plus de 72 000 guérisons.

Outre cette crainte d'une éventuelle résurgence du coronavirus en Asie, la communauté internationale se fait particulièrement du souci pour le continent africain. S'il a jusqu'à présent été épargné, la détection de premiers cas se multiplie.

Ce lundi matin, Hong Kong va interdire toute entrée aux non-résidents à partir de mercredi, a annoncé lundi la cheffe de l'exécutif qui a pris de nouvelles mesures pour tenter de juguler la récente hausse des cas de contamination au coronavirus dans le territoire.

"Le 25 mars à partir de minuit, tous les non-résidents hongkongais arrivant par avion de l'étranger ne seront plus autorisés à entrer dans la ville", a déclaré Carrie Lam, ajoutant que cette mesure sera en vigueur durant au moins deux semaines.

Ailleurs dans le monde, les deux principales villes de Madagascar, la capitale Antananarivo et Toamasina (est), sont en confinement à partir de lundi.

Au Mexique, la mairie de Mexico, critiquée pour avoir pris à la légère la pandémie, a ordonné dimanche la fermeture de certains établissements, dont les bars et discothèques.

Confinement prolongé, suspension des vols avec passagers...

Le président sud-africain Cyril Ramaphosa a prévu de s'adresser à la nation lundi, un peu plus d'une semaine après avoir déclaré l'état d'urgence dans le pays. Selon l'Institut national pour les maladies contagieuses, 274 cas de contamination étaient confirmés dans le pays dimanche mais aucun décès.

De leur côté, les Emirats arabes unis (2 décès, 150 contaminations) ont annoncé lundi la suspension mercredi pour deux semaines de tous les vols avec passagers, y compris en transit.

Ils avaient déjà annoncé samedi "la fermeture des plages, des parcs, des piscines, des cinémas et des salles de sport" et ont interdit aux étrangers ayant le droit de résidence de revenir dans le pays jusqu'à nouvel ordre.

Report des Jeux olympiques de Tokyo ?

Le Premier ministre japonais Shinzo Abe, devant le Parlement japonais lundi, a affirmé que le pays était toujours prêt à les accueillir, mais que "si cela devenait difficile, en tenant compte en priorité des athlètes", la décision d'un report "pourrait devenir inévitable".

Le Canada a été le premier pays à annoncer qu'il n'enverrait pas d'athlète si les dates actuelles étaient maintenues. Il met une pression supplémentaire sur le Comité international olympique, qui avait fini dimanche par entrouvrir la porte d'un report, et s'est donné quatre semaines pour décider.