DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Course au vaccin contre le coronavirus : quels sont les pays les plus avancés en Europe ?

Course au vaccin contre le coronavirus : quels sont les pays les plus avancés en Europe ?
Tous droits réservés  Euronews
Taille du texte Aa Aa

La course pour trouver un vaccin contre le Covid-19 est lancée et face aux mastodontes américains et chinois, où en sont les Européens dans la recherche ? Quels sont les pays les plus avancés dans les essais cliniques ? Pour quand peut-on espérer un vaccin ? Quels sont les pays qui sont mobilisés dans la recherche de traitements ? Notre journaliste Guillaume Petit fait le point dans cette vidéo explicative.

Alors que la moitié de la population mondiale a été placée en confinement et que certains pays sont déjà sur la voie d'une levée progressive de ces restrictions, le secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres a prévenu : à terme, trouver un vaccin est la seule voie possible pour un retour à la "normalité" dans le monde.

Quels sont les pays les plus avancés ?

Pour l’heure, en Europe, selon les données de l'OMS et de l'Agence européenne du médicament en date du 23 avril qu'euronews a compilées, deux essais cliniques sont ou vont entrer en phase 1 dans les prochains jours : le premier se déroule à l'Université d'Oxford, en Angleterre : celle-ci elle va administrer une première dose à 551 volontaires, tandis que le même nombre recevra un vaccin témoin.

Et en Allemagne, l'autorité fédérale chargée de la certification des vaccins a donné son feu vert au laboratoire BioNTech, basé à Mainz, pour réaliser des essais cliniques sur 510 volontaires âgés de 18 à 55 ans avec de premières données disponibles "fin juin ou début juillet". Pour ces deux potentiels vaccins, les taux de chance de réussite sont estimés à 80%.

Pour rappel, la phase 1 d'un essai clinique consiste "à évaluer la sécurité d'emploi du produit, son devenir dans l'organisme, son seuil de tolérance ainsi que les effets indésirables", comme le rappelle Sanofi.

D’autres équipes de scientifiques sont sur le point. En tout, près de 20 essais pré-cliniques sont en cours en Europe, qui précédent la première administration chez l'homme. Des essais répartis un peu partout en Europe : au Royaume-uni, en Allemagne, en France, en Italie, au Danemark, en Espagne, mais aussi en Belgique et en Suisse… Plusieurs essais sont également en cours en Russie.

Les 50 autres potentiels vaccins en essais pré-cliniques listés par l’OMS sont principalement des laboratoires chinois, américains, ou japonais.

Combien de temps avant un vaccin ?

Mais il va falloir s'armer de patience. Selon l’agence européenne du médicament, il faudrait "au moins un an" pour parvenir à un vaccin approuvé et produit en quantités suffisantes.

En parallèle, la recherche pour trouver un traitement contre le Covid-19 continue. Selon les données partielles de l’Agence européenne du médicament, au moins 120 essais cliniques en cours ont été approuvés au niveau européen. Parmi la douzaine de pays européens lancés dans la course, figurent l’Espagne, la France, la Grande-Bretagne, l’Allemagne, le Danemark ou encore les Pays-Bas.

Quelles sont les pistes sur lesquelles planchent les scientifiques ? L’essai clinique européen Discovery, coordonné par l’Inserm en France, teste 5 modalités de traitements, à base d’antiviraux notamment (remdesivi, lopinavir et ritonavir), mais aussi d'hydroxychloroquine, qui a fait beaucoup parler en France ces dernières semaines.

Un médicament qui représente environ 20% des essais cliniques listés par l’Agence européenne du médicament, mais dont l’efficacité n’a pas été prouvée.

Quels moyens mobilisés ?

La Commission européenne dit avoir mobilisé en tout "380 millions d’euros" dans la lutte contre le Covid-19. Des sommes affectées à des travaux de recherche pour l'élaboration de tests de diagnostic du Covid-19, de vaccins et de traitements.

80 millions d’euros ont notamment été alloués au laboratoire allemand CureVac sous forme de garanties de prêts. Mais avant même la crise sanitaire, les Européens avaient déjà décidé d'augmenter les fonds alloués à la recherche.