DERNIERE MINUTE
euronews_icons_loading
Marche contre la réforme de la justice en Argentine

Plusieurs centaines de personnes ont organisé une marche à Buenos Aires mercredi pour s'opposer à la réforme judiciaire du gouvernement du président péroniste Alberto Fernández, débattue au Parlement, alors que l'Argentine fait face à un nombre record de décès dus au covid-19.

Avec des bougies, les manifestants se sont rassemblés devant le Palais de justice en dépit des mesures de restriction sanitaire visant à freiner la propagation du coronavirus.

La réforme judiciaire, promue par l'exécutif, a déjà été approuvée par le Sénat et doit être débattue à la Chambre des députés, où les péronistes n'ont pas la majorité et dépendent donc des alliances.

Le projet unifie la juridiction fédérale avec le Tribunal pénal économique et crée 24 nouveaux tribunaux. "Nous défendons la division des pouvoirs, nous défendons la justice", a déclaré à l'AFP Mario Scialfa, un avocat de 64 ans qui s'est prononcé contre la réforme.

Les péronistes au pouvoir affirment que les changements garantiront une dilution du pouvoir entre les mains d'une poignée de juges fédéraux. L'opposition craint que cette réforme ne soit qu'une tentative pour contrôler le système judiciaire et blanchir l’ancienne présidente Cristina Kirchner, aujourd’hui vice-présidente et poursuivie dans plusieurs affaires de corruption.

Les manifestants ont notamment apporté leur soutien à trois juges récemment démis de leurs fonctions à la Chambre fédérale de Buenos Aires et impliqués dans l'instruction des affaires qui concernent l'ex-présidente péroniste. Renvoyés dans leurs tribunaux d'origine, ils ont fait appel devant la Cour suprême, qui doit examiner l'affaire mardi.

Dans le même temps, l'Argentine fait face à une hausse des décès liés au coronavirus. Un nouveau record quotidien de 470 morts a été recensé mardi (contre 429 la veille), ce qui porte à 14 376 le bilan total dans le pays (chiffres compilés par l'Université John Hopkins).

Le pays a décrété un confinement national le 20 mars, avec une paralysie quasi-totale de son activité économique. Depuis, chaque province a assoupli ou renforcé les restrictions en fonction de la rapidité de la contagion. Selon les projections du Fonds monétaire international (FMI), le PIB devrait chuter de 9,9% en 2020, alors qu'il s'était contracté de 2,5% en 2019.