DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Carte blanche au blé noir en Bretagne

euronews_icons_loading
Sarrasin cultivé en Bretagne
Sarrasin cultivé en Bretagne   -   Tous droits réservés  AFP
Taille du texte Aa Aa

Il avait disparu des paysages bretons, mais il revient en force… Il, c'est le sarrasin, plus connu en Bretagne sous le nom de blé noir. Délaissé au profit du maïs et du blé dans les années 60, cette graine sans gluten surfe sur la vague du bio et a un atout maître. Elle ne nécessite aucun traitement.

« La culture a la particularité d'étouffer les autres herbes, donc on n'a aucune intervention herbicide, il n'y a pas d'intervention au niveau fongicide ni même au niveau insecticide... Il n'y a aucune intervention en fait », s'enorgueillit Philippe de Carville, producteur à Bourg-des-Comptes.

Dans sa meunerie, Vincent Schmitt suit scrupuleusement les 14 phases de broyage pour préserver le caractère du sarrasin breton, autrefois l'alimentation de base des paysans du coin.

« C'est le pain des pauvres mais c'est devenu un peu le pain des riches aujourd'hui. Avant, il y avait beaucoup de galetières et de vente à emporter, à la fin de la guerre. Aujourd'hui, il y a beaucoup plus de crêperies et de dégustation. C'est devenu plutôt un produit haut de gamme. »

Le blé noir breton a sa propre Indication géographique protégée et il est si apprécié qu'il peine à satisfaire la demande. Sur 10 crêperies bretonnes, seulement deux ou trois utilisent de la farine du terroir. Le reste est importé de Pologne, de Chine ou du Canada.