DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Face à la crise sanitaire, le boom des seringues

euronews_icons_loading
Face à la crise sanitaire, le boom des seringues
Tous droits réservés  Sue Ogrocki/Copyright 2020 The Associated Press. All rights reserved.
Taille du texte Aa Aa

L'entreprise allemande ALMO tire son épingle du jeu face à la pandémie de coronavirus. Elle fabrique plus de deux milliards de seringues de toute sorte par an. Alors que les campagnes de vaccination de masse ont déjà, ou vont commencer dans le monde entier, la production de seringues s’est encore intensifiée. Les turbines tournent à plein régime.

"Nous avons immédiatement augmenté nos capacités de production. Cela signifie que nous sommes passés d'une semaine de cinq jours à une semaine de sept jours. Nos machines fonctionnent désormais sept jours sur sept, 24 heures sur 24", explique Otto-Philipp Braun, co-directeur de la PME installée à Bad Arolsen, dans le centre de l'Allemagne.

Au total, 64 seringues à pistons sont assemblées toutes les 13 secondes. Il s'agit des seringues jetables qui seront distribuées en Allemagne et dans plus de 140 autres pays à travers le monde. La société assure pouvoir produire 270 millions de seringues d'un millilitre l'année prochaine, et si nécessaire 200 millions supplémentaires à partir de 2022.

Son grand concurrent, l'Américain BD (Becton Dickinson), coté à Wall Street, a lui annoncé mercredi avoir reçu des commandes pour "plus d'un milliard de dispositifs d'injection" dans le cadre de la campagne de vaccination.

À la date du 15 novembre, 7,48 milliards de doses ont été réservées dans le monde auprès de 13 laboratoires fabricants, permettant de vacciner quelque 3,7 milliards de personnes (puisque la plupart des vaccins nécessitent deux injections au moins).

Quelques pays, comme le Royaume-Uni, les Etats-Unis ou le Canada ont déjà commencé à vacciner avec le produit le plus avancé, celui de Pfizer/BioNTech.

En Europe, son autorisation pourrait être accordée aux alentours de Noël.