DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Le camp de migrants de Lipa, en Bosnie, ravagé par un incendie

euronews_icons_loading
Le camp de migrants de Lipa, en Bosnie, ravagé par un incendie
Tous droits réservés  Hasan Arnautovic/AP
Taille du texte Aa Aa

Le camp de Lipa, dans le nord-ouest de la Bosnie, ravagé par les flammes. Un violent incendie s'est déclaré ce mercredi dans ce camp de migrants situé dans la région de Bihac, près de la frontière avec la Croatie. 1 200 personnes y étaient hébergées. Aucune victime n'est à déplorer. Selon des témoins, le sinistre a démarré dans une installation de stockage de combustibles. Il s'est rapidement propagé.

Selon la directrice du camp, Natasa Omerovic, ce sont d'anciens résidents qui l'ont déclenché à un moment où le camp était fermé pour être déplacé.

Selon Peter Van der Auweraert, coordinateur de la mission de l’Organisation internationale pour les Migration (OIM) en Bosnie-Herzégovine, la plupart des infrastructures ont été détruites. L'OIM, qui gérait ce centre d'accueil, a récemment annoncé son retrait en raison de mauvaises conditions.

Début décembre, ce camp de tentes avait fait l'objet de vives critiques. Etabli comme une réponse provisoire pour faire face à la pandémie de coronavirus, il n'était pas équipé pour des conditions hivernales. Le camps incendié n'était pas équipé de chauffage et n'avait jamais été branché sur le réseau électrique.

L'Organisation internationale pour les migrations et la Commission européenne exhortaient les autorités locales à trouver une solution pour héberger ailleurs les résidents du camp de Lipa, ainsi que quelque 2 000 autres migrants dépourvus de logement dans la région de Bihac, près de la frontière de l'Union européenne.

Les autorités municipales et cantonales de Bihac refusent de permettre à l'OIM de rouvrir l'ancien centre d'accueil à Bihac, dans les halles d'une ancienne usine, malgré une instruction du gouvernement fédéral en ce sens. Il a été fermé peu avant les élections municipales de novembre, pour répondre à une pression croissante des habitants.

"Les autorités compétentes doivent coopérer et agir dans la plus grande urgence pour répondre aux besoins des réfugiés et des migrants sans abris et sauver les vies", a insisté lundi la Commission européenne dans un communiqué.