DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Crise du secteur du ski : l'hiver est rude aussi pour les sous-traitants et les équipementiers

euronews_icons_loading
Crise du secteur du ski : l'hiver est rude aussi pour les sous-traitants et les équipementiers
Tous droits réservés  MIGUEL MEDINA / AFP
Taille du texte Aa Aa

L'activité est à l'arrêt chez Gimar Montaz Mautino (G.M.M), une entreprise de construction de remontées mécaniques près de Grenoble, au pied des Alpes françaises.

Les sous-traitants des stations directement impactés

Près de 600 perches de téléski s'entassent dans l'entrepôt au lieu d'être en mouvement sur les pistes, toujours fermées en raison de la crise sanitaire

"Sur ces 600 perches, il y en a 588 encore en stock aujourd'hui. On n'a eu que 12 commandes de perches, c'est ridicule", souligne Gilles Kraan, PDG de G.M.M.

On n'a eu que 12 commandes de perches, c'est ridicule.
Gilles Kraan
PDG de G.M.M.

La fermeture des remontées mécaniques impacte non seulement les stations de ski, mais aussi les nombreux sous-traitants, pour la plupart des très petites entreprises, qui demandent elles aussi le soutien de l’État pour survivre : "Les stations, si l'Europe l'accepte, seront indemnisées, aidées. Ce qui serait judicieux, c'est que nous qui dépendons à 100 % de cette activité, nous puissions bénéficier des mêmes aides", insiste Gilles Kraan.

Les équipementiers du ski en difficulté

En grande difficulté également, les équipementiers du ski, comme le groupe Rossignol, l'un des fleurons du secteur, dont les ventes pour cette saison ont chuté de 40 % par rapport à la même période l'an passé. L'entreprise voit déjà rouge pour la saison prochaine. Elle anticipe une baisse de 70 % de ses ventes de ski.

"La difficulté elle est présente aujourd'hui sur cette saison puisque les magasins ne louent pas de skis et en vendent très peu, mais pour nous fournisseurs, qui travaillons toujours avec une saison d'avance, le gros du problème arrive pour la saison prochaine", souligne Bruno Cercley, le président du groupe Rossignol.

Pour nous fournisseurs, qui travaillons toujours avec une saison d'avance, le gros du problème arrive pour la saison prochaine.
Bruno Cercley
Président du groupe Rossignol

En attendant des jours meilleurs, les magasins cherchent à écouler leurs stocks en bradant les prix des skis et snowboards. Pour les amateurs de sports d'hiver, c'est l'heure des bonnes affaires.