DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Espagne : les manifestations de soutien à Pablo Hasel dégénèrent en affrontements avec la police

euronews_icons_loading
Espagne : les manifestations de soutien à Pablo Hasel dégénèrent en affrontements avec la police
Tous droits réservés  Manu Fernandez/Copyright 2021 The Associated Press. All rights reserved.
Taille du texte Aa Aa

L'arrestation du rappeur controversé Pablo Hasel continue de susciter des tensions en Espagne. De nouvelles manifestations émaillées d'affrontements avec la police se sont déroulées à Madrid, Barcelone et dans quelques autres villes mercredi soir, faisant au moins 20 blessés selon Associated Press. Une trentaine de personnes auraient été arrêtées.

Des manifestants venus afficher leur soutien sans faille au rappeur espagnol, condamné à neuf mois de prison pour "apologie du terrorisme", insultes et calomnies à l'encontre de la Couronne et de l'État espagnol. Le rappeur avait notamment insulté les forces de l'ordre et les avait accusées de torture et d'assassinats. Il faisait aussi référence à des organisations armées comme l'ETA.

Après avoir refusé de se rendre jusqu'au dernier jour du délai qui lui avait été accordé, Pablo Hasel s'était barricadé dans une université catalane avant d'être finalement escorté par la police mardi. Ces manifestants voit dans cette affaire une atteinte à la liberté d'expression

"Nous devrions nous taire, selon le gouvernement, mais nous ne pouvons pas rester silencieux. Nous sommes ici pour afficher notre soutien à ce rappeur, il a seulement dit ce qu'il pense, et regardez où nous en sommes", dit par exemple un manifestant.

Débat sur les atteintes à la liberté d'expression

Jusqu'où va la liberté d'expression et jusqu'où la provocation peut-elle aller ? C'est la délicate question qui met les socialistes au pouvoir dans l'embarras. Soucieux de préserver leur alliance avec leur partenaire de la gauche radicale Podemos, qui a condamné l'arrestation, et pressé par le monde de la culture d'agir, le gouvernement de Pedro Sanchez a promis une réforme pour que "les excès verbaux commis dans le cadre de manifestations artistiques ne relèvent plus du droit pénal".

Mais ces déclarations ne semblent pas suffire pour calmer les contestataires. Enréalité, la colère de ces Espagnols et le débat sur les atteintes à la liberté d'expression dans le pays ne sont pas nouveaux. En 2013, dans un contexte social tendu, le gouvernement conservateur de Mariano Rajoy avait mis en place une "loi de sécurité citoyenne" qui a rencontré une large opposition.

Ses détracteurs la surnomment la "loi bâillon". Elle visait, entre autres, à sanctionner les auteurs de manifestations non autorisées ou encore "l'usage non autorisé d'images concernant des autorités ou des forces de l'ordre". Les ONG et l'ONU la considèrent comme une atteinte à la liberté d'expression. Et cette loi a probablement nourri les critiques à l'encontre de l'Etat et de la police.