DERNIERE MINUTE
euronews_icons_loading
La répression militaire fait un premier mort en Birmanie

La manifestante de 20 ans blessée par balles la semaine dernière lors d'une manifestation contre le coup d'État militaire est décédée vendredi matin. Une bonne partie du pays s'est soulevée quand la junte a déposé la cheffe du gouvernement civil Aung San Suu Kyi le 1er février et l'a placée en résidence surveillée.

De nouvelles manifestations se sont déroulées ce vendredi malgré la répression et les coupures d'internet à répétition. Des centaines de personnes se sont rassemblées aux grandes intersections de Rangoun, la plus grande ville du pays.

Dans la région éloignée de Sagaing, des files de manifestants marchaient à travers la ville de Monywa, avec trois doigts levés, signe de rébellion inspiré de la série de films "Hunger Games", aussi utilisé en Thaïlande.

La junte a continué à placer en détention des alliés de l'ancienne cheffe du gouvernement, ainsi que des fonctionnaires qui participent au mouvement de protestation. Plus de 520 personnes ont été arrêtées depuis début février, selon l'Association d'assistance aux prisonniers politiques (AAPP).