DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Le Vatican mis en procès pour avoir utilisé une oeuvre sur un timbre sans autorisation

euronews_icons_loading
Alessia Babrow
Alessia Babrow   -   Tous droits réservés  from AP video
Par Frédéric Ponsard
Taille du texte Aa Aa

C'est une histoire de reproduction et de droit d'auteur.

Le Vatican est en effet poursuivi pour avoir utilisé sans autorisation sur un timbre officiel un dessin de street art réalisé par l'artiste Alessia Barlow dans les rues de Rome autour du Vatican en 2019.

L'artiste est actuellement en procès pour faire reconnaître ses droits.

Elle réclame 130 000 euros au Saint-Siège

"Je ne pouvais pas le croire, j'ai honnêtement pensé que c'était une blague. Puis j'ai pensé qu'ils étaient de bonne foi, que c'était vrai qu'ils me cherchaient, comme cela avait été écrit dans les journaux, seulement il semble que ce n'était pas le cas car ils n'ont jamais voulu me rencontrer."
Alessia Babrow
Street artist

Le Vatican se refuse pour l'instant a toutes déclarations et position officielle.

Pourtant, en droit, les oeuvres de street art sont considérés comme des propriétés artistiques comme les autres, comme le confirme ce spécialiste du droit des copyrights.

"Les droits sont les mêmes pour l'art de la rue, la loi considère qu'il importe peu que l'oeuvre soit réalisée sur du papier, une toile, un mur ou un pont. Surtout, les lois concernant cette question stipulent que même si l'oeuvre était illégale et potentiellement même un grave délit, en raison d'une défiguration ou d'une souillure d'un mur, cela n'empêche pas l'artiste de réclamer des droits d'auteur sur l'oeuvre qu'il a créée."
Massimo Sterpi
avocat

Les timbres sont une grosse source de revenus pour le Vatican, d'habitude très exigeant sur les droits de reproduction de ces chefs d'oeuvre.

80 000 exemplaires de ce timbre sont actuellement en circulation et vendus 1,15 euros...