DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Le Royaume-Uni confronté à la progression du variant indien du Covid-19

Par Stephane Hamalian  & Euronews
euronews_icons_loading
Le Royaume-Uni confronté à la progression du variant indien du Covid-19
Tous droits réservés  Scott Heppell/AP
Taille du texte Aa Aa

Avec l'arrivée du beau temps, les plages britanniques commencent à se remplir, alors que les restrictions doivent être totalement levées dans trois semaines. Mais plusieurs scientifiques alertent sur le risque d'une reprise épidémique, en raison du variant indien du coronavirus.

Selon des chercheurs, la vague a même déjà commencé à s'abattre sur le Royaume-Uni. Le nombre de cas quotidiens reste faible, mais il se maintient à plus de 3000 pour le sixième jour consécutif.

Le secrétaire d'État en charge de la politique vaccinale britannique Nadhim Zahawi pointe le manque de données, mais constate, tout de même que le variant dit indien dépasse le variant anglais dans certaines parties du territoire.

"Il y a certaines parties du pays où il n'y a littéralement pas de variant indien", ajoute-t-il.

Les vaccins les plus utilisés au Royaume-Uni sont efficaces contre ces variants, lorsque les deux doses sont administrées, ce qui est une bonne nouvelle. La course est donc lancée pour étendre la vaccination ; le stade de Twickenham a d'ailleurs été mis à contribution.

Optimisme en France et en l'Italie

En France, depuis lundi, la vaccination est ouverte à tous les adultes, sans condition.

"Pour moi, c'est une obligation de se faire vacciner à tout prix. Pour commencer, pour pouvoir voir mes grands-parents et puis je pars en vacances au mois de juillet", explique un jeune homme de 20 ans, qui vient de signer un contrat de travail dans un restaurant de plus de 200 couverts. "Donc il faut se faire vacciner !" souligne-t-il.

En Italie, le taux de contagion du Covid-19 continue de baisser et de plus en plus de régions passent en "zone blanche", ce qui signifie qu'elles enregistrent moins de 50 cas pour 100 000 habitants pendant trois semaines consécutives.

Ces chiffres encourageants permettent au pays de lever une partie des restrictions, notamment dans les cafés et les restaurants.