DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Les dirigeants de l’UE divisés sur l’attitude à adopter face à Moscou

Access to the comments Discussion
Par Euronews
euronews_icons_loading
Les dirigeants de l’UE divisés sur l’attitude à adopter face à Moscou
Tous droits réservés  JOHANNA GERON/AFP or licensors
Taille du texte Aa Aa

Les relations avec la Russie divisent toujours l'Union européenne. Le sommet des chefs d'Etat et de gouvernement à Bruxelles a révélé une nouvelle fois les difficultés entre les Etats membres. Les 27 ont prolongé jusque tard dans la nuit de jeudi à vendredi les discussions sur ce dossier.

Les dirigeants ont finalement rejeté la proposition présentée par Paris et Berlin d'organiser une rencontre de haut niveau avec le président russe Vladimir Poutine. Les pays baltes, la Pologne et la Suède ne veulent pas entendre parler d’une telle rencontre.

La chancelière allemande regrette de ne pas voir l'UE tenir une réunion à l'image de celle organisée il y a quelques jours entre les dirigeants américain et russe. "Je pense qu'une Union européenne souveraine, comme je la vois, devrait être en position de représenter ses intérêts dans un format similaire", précise Angela Merkel.

Olivier Hoslet/AP
Le président français Emmanuel Macron négocie avec ses partenaires del l'UEOlivier Hoslet/AP

Le consensus était plus large en revanche pour condamner la loi hongroise à l’encontre des personnes LGBT. Les dirigeants parlent de discussions sincères et parfois émotionnelles. Deux Etats membres, le Portugal et les Pays-Bas, suggèrent au Premier ministre hongrois de quitter l'Union européenne s'il ne partage pas les valeurs communes. "La culture de la tolérance et de l'acceptation sont un socle contre les discriminations. Nous protégerons tous nos citoyens où qu'ils vivent dans notre Union et quelle que soit la personne qu'ils aiment", insiste la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen.

Les chefs d'Etat et de gouvernement ont aussi fait le point sur les relations avec la Turquie. Les 27 réitèrent leur appel aux autorités turques à respecter les droits fondamentaux. Dans le même temps ils ont approuvé le principe d'une rallonge de l'aide financière accordée à Ankara pour accueillir les réfugiés syriens.