DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Elections régionales et départementales : les Français peu mobilisés

Access to the comments Discussion
Par Euronews avec AFP
euronews_icons_loading
Elections régionales et départementales : les Français peu mobilisés
Tous droits réservés  AP Photo
Taille du texte Aa Aa

L'abstention record du premier tour des régionales et départementales semble se confirmer au second tour dimanche à midi, sauf en Corse et avec un léger rebond en Paca où le RN espère emporter la première région de son histoire, à un an de la présidentielle.

Des 13 régions métropolitaines, la Provence-Alpes-Côte-d'Azur (Paca) est la seule à connaître un duel qui s'annonce serré, entre les frères ennemis Thierry Mariani (ex-LR devenu RN) et Renaud Muselier (LR), après un premier tour qui a favorisé les sortants LR et PS.

A midi, seuls 12,66% des quelque 48 millions d'électeurs de France métropolitaine se sont rendus aux urnes, dans un contexte de crise sanitaire et de protocole strict (masque, gel, distance de sécurité).

Cette faible mobilisation confirme les craintes d'une abstention record déjà enregistrée au premier tour (66,72%) pour ce double scrutin placé à 10 mois de la présidentielle. En 2015, l'abstention s'était établie à 41,59% au second tour.

La participation est aussi plus faible pour les départementales que celle de mars 2015 (15,72% à midi).

"Ne pas voter c'est un déni de démocratie", estime Thierry, un septuagénaire, devant son bureau de vote du Ve arrondissement de Marseille.

Dans un bureau de vote de Strasbourg, les électeurs, quasiment exclusivement des retraités, arrivent au compte-goutte à l'ouverture.

Alors qu'une polémique sur les ratés de l'acheminement des professions de foi des candidats a entaché le premier tour, Anne-Françoise, 66 ans, se plaint de ne pas les avoir reçues "une fois encore". "C'est peut-être lié à la situation globale, avec la pandémie et tout ça, mais ce qui est sûr c'est que ça ne donne pas envie d'aller voter", déplore-t-elle.

"A quoi ça sert"

L'abstention "ne peut que nous interroger. Qu'est-ce qui fait qu'on n'arrive pas à intéresser les électeurs ?", s'interroge pour sa part Françoise Schaetzel, 69 ans, une élue présidente du bureau de vote.

Comme d'autres abstentionnistes, Hélène Débotte, 31 ans, qui n'a pas reçu non plus le matériel de vote, "ne sait pas vraiment à quoi ça sert". Mais elle ira aux urnes pour la présidentielle: "C'est plus clair, les enjeux, les grandes lignes".

Comme au premier tour, Emmanuel Macron, accompagné de son épouse, a pris un long temps pour saluer les personnes venues à sa rencontre devant le Palais des Congrès du Touquet, avant et après avoir voté.

La mobilisation, même légèrement supérieure, ne devrait pas "bouleverser le rapport de forces établi au premier tour", anticipe Romain Pasquier, directeur de recherche au CNRS: flop de la majorité macroniste, prime aux sortants PS-LR, RN bien en deçà des prévisions des sondeurs et "front républicain" - ou pas - face à lui, ambitions élyséennes aiguisées à droite.

Si les politologues soulignent une défiance des électeurs envers la classe politique qui semble bien ancrée, les Français ne manquent pourtant pas de choix pour désigner les 13 exécutifs régionaux métropolitains, chargés de nombreux aspects de leur vie quotidienne (transports, bâtiments scolaires, accompagnement des entreprises...).

Trois triangulaires (Auvergne-Rhône-Alpes, Occitanie, Hauts-de-France), sept quadrangulaires (Bourgogne-Franche-Comté, Centre-Val de Loire, Grand-Est, Ile-de-France, Normandie, Pays de la Loire, Corse), et même deux quinquangulaires (Bretagne, Nouvelle-Aquitaine) sont au rendez-vous.

Après d'intenses tractations entre états-majors des partis, les alliances locales apparaissent à géométrie variable: gauche et écologistes unis en Ile-de-France, Centre-Val de Loire, Bourgogne-Franche-Comté, mais pas en Bretagne ni en Nouvelle-Aquitaine par exemple.

La droite classique, promise au néant entre le RN et LREM, est sortie du premier tour soulagée, portant encore beau dans les régions qu'elle détient.

Mais elle pourrait se retrouver dimanche soir face à son vieux démon: devoir départager les ambitions nationales de trois présidents de région sortants en pole position dans leurs baronnies, Xavier Bertrand (Hauts-de-France), Laurent Wauquiez (Auvergne-Rhône-Alpes) et Valérie Pécresse (Ile-de-France).

Quinquangulaires

A gauche, un PS à l'étiage dans les scrutins nationaux sort lui aussi requinqué du premier tour, avec notamment ses présidents sortants Carole Delga (Occitanie), Alain Rousset (Nouvelle-Aquitaine) ou Loïg Chesnay-Girard (Bretagne) bien placés.

L'arithmétique complexe du mode de scrutin pourrait toutefois compliquer le résultat dans ces deux dernières régions où se déroulent des quinquangulaires: si la prime à la liste arrivée en tête (un quart des sièges à pourvoir) n'est pas suffisante pour obtenir une majorité, des alliances devront se former.

Les écologistes, alliés à la gauche, lorgnent une possibilité de victoire dans les Pays de la Loire, où leur candidat Matthieu Orphelin (ex-LREM) affronte la sortante LR Christelle Morançais.

Quant à la majorité présidentielle, absente au premier tour en Paca, éliminée dans les Hauts-de-France ou en Occitanie, elle est à la traîne dans les régions où elle est encore en lice.

Dans l'ombre des régionales, les départementales ont été logiquement marquées par une abstention massive équivalente au premier tour, et des équipes sortantes issues des partis de droite et de gauche largement en tête.

Le RN espère toutefois progresser dans les Pyrénées-Orientales dont il dirige le chef-lieu Perpignan. Le PCF est, lui, en situation difficile dans son fief du Val-de-Marne.

Outre-mer, ce second tour concerne La Réunion, la Guadeloupe, la Martinique, la Guyane et Mayotte, suivant leur organisation territoriale propre.