DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Maroc : le tourisme repart (très) progressivement

Access to the comments Discussion
Par Euronews avec AP
euronews_icons_loading
vendeur de bananes, à Marrakech
vendeur de bananes, à Marrakech   -   Tous droits réservés  Mosa'ab Elshamy/Copyright 2017 The Associated Press. All rights reserved.
Taille du texte Aa Aa

De plus en plus d'avions atterrissent au Maroc et le tourisme redécolle progressivement. Après des mois d'arrêt forcé pour cause de pandémie, le secteur sort légèrement la tête de l'eau. Il y a quinze jours, le pays a en effet rouvert ses frontières aériennes aux vols internationaux.

"Depuis la reprise des vols le 15 juin, nous recevons environ 4 000 passagers par jour et nous espérons que ce nombre va augmenter progressivement, car d'autres compagnies vont reprendre leurs vols au départ et à destination de Marrakech," précise Zakaria Harti, directeur des opérations à l'aéroport Menara de Marrakech

Le royaume a pris des mesures pour faciliter le retour des touristes : les restrictions sanitaires ont été allégées. Si une quarantaine reste obligatoire pour les ressortissants de certains pays considérés à risques, pour la plupart, un certificat de vaccination ou un test négatif suffisent.

"Je suis arrivé de Londres, j'ai deux vaccins et je n'avais besoin de rien d'autre, je dois juste leur montrer mes deux vaccins, c'était très encourageant pour nous de venir à Marrakech" se réjouit Tony Kitus, un touriste algérien qui réside à Londres.

La célèbre place Jemaa el-Fna était jusqu'à peu complètement désertée par les touristes. Aujourd'hui les affaires reprennent un peu. On reste loin de la fréquentation habituelle.

"Nous vivons actuellement le début de la reprise du secteur du tourisme. Et les activités directement liées à cela, telles que le transport aérien, le transport routier, les restaurants, les hôtels, les maisons d'hôtes, la location de voitures et les agences de voyage, sont toutes en plein essor. Donc tous ceux qui travaillaient pour le tourisme et qui souffraient ont maintenant un peu d'espoir", explique Zoubir Bouhoute, qui travaille à l’office de tourisme de Marrakech.

Le soulagement est grand pour le pays, dont le tourisme pèse 7% du PIB. Certains voudraient la levée de restrictions qui pèsent encore tel que le maintien d'un couvre-feu à 23 heure.