DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Tourisme spatial : pari réussi pour Richard Branson et son vaisseau supersonique

Access to the comments Discussion
Par Euronews
euronews_icons_loading
Le vaisseau de Virgin Galactic
Le vaisseau de Virgin Galactic   -   Tous droits réservés  AFP PHOTO / VIRGIN GALACTIC
Taille du texte Aa Aa

Le milliardaire Richard Branson a embarqué dimanche avec succès à bord de son premier vaisseau spatial commercial. Six passagers ont pu profiter des sensations de l'apesanteur durant quelques minutes.

C'est avec plus d'1h30 de retard, (à 16h40 heure française) qu'un immense avion-porteur s'est d'abord élancé dans les airs depuis Spaceport America, une base construite dans le désert du Nouveau-Mexique aux Etats-Unis.

Après une cinquantaine de minute de vol, l'avion a ensuite procédé au largage du vaisseau VSS Unity (un petit avion-fusée supersonique).

C'est ce module, de la taille d'un petit avion d'affaire, qui a entamé son ascension jusqu'à une altitude de 80 km (par comparaison la station spatiale internationale "navigue" à plus de 300 km d'altitude).

A bord du vaisseau : le bouillonnant milliardaire britannique Richard Branson, deux pilotes et trois employés de son entreprise Virgin Galactic.

Le vol spatial en lui-même n'a duré que quelques minutes avant que le vaisseau n'entame sa re-descente sur Terre. Juste le temps d'expérimenter l'apesanteur.

AP/Virgin Galactic
Colin Bennett, ingénieur en chef affiche un message de soutien à l'équipe d'Angleterre alors que les passagers du vaisseau de Virgin Galactic sont en apesanteur, 11/07/2021AP/Virgin Galactic

Le vaisseau s'est est enfin posé une heure plus tard, sans encombre.

Ce succès devrait en tous cas (re)donner un élan décisif à cette filière spatiale 100% civile, notamment auprès des investisseurs (un accident mortel durant un test en 2014 avait considérablement ralenti ce projet).

Après le vol de ce dimanche, Virgin Galactic prévoit encore deux nouveaux vols d'essai.
Quant au lancement des opérations commerciales régulières, elles sont prévues pour le début de l'année prochaine.

Le milliardaire britannique voit grand : il ambitionne à terme de mener 400 vols par an depuis Spaceport America (une base de lancement largement subventionnée par l'Etat du Nouveau Mexique).

En tous cas, la demande est là : déjà quelque 600 billets ont été pré-vendus à des passagers issus de 60 pays différents - y compris des célébrités hollywoodiennes - pour un prix compris entre 200 000 et 250 000 dollars par siège.

La compétition dans le secteur du tourisme spatial aiguise aussi les appétits : l'homme le plus riche du monde, Jeff Bezos, doit lui aussi s'envoler le 20 juillet, avec sa propre fusée, nommée New Shepard et développée par sa société Blue Origin.

Avec Agence