DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Face à la flambée de l'épidémie, les Tunisiens se ruent sur les vaccins

Access to the comments Discussion
Par Margaux Racaniere
euronews_icons_loading
Une masse de tunisiens attends devant les grilles d'un centre de vaccination de Tunis pour espérer recevoir leur dose de vaccin
Une masse de tunisiens attends devant les grilles d'un centre de vaccination de Tunis pour espérer recevoir leur dose de vaccin   -   Tous droits réservés  Photo : Fethi Belaid | AFP
Taille du texte Aa Aa

Les doses de vaccins s'arrachent en Tunisie. Ce mardi des foules entières se sont rassemblées plusieurs heures avant l'ouverture du centre de vaccination du Palais des Congrès à Tunis .

Depuis mars, la vaccination en Tunisie se fait par tranche d'âge, et pour l'instant seuls les plus de 50 ans sont éligibles. Mais pour réagir à la flambée des cas de Covid-19 dans le pays, le gouvernement a annoncé l'ouverture de créneaux ouverts à tous, sans rendez-vous.

La vaccination semble être la seule solution pour ralentir l'accélération des cas dans ce pays qui connait actuellement le deuxième plus fort taux de mortalité du continent africain d'après les calculs de l'AFP, juste après la Namibie.

Non seulement nous sommes à peu près à 200 décès par jour, c’est ce qui est déclaré, mais aussi les services pour la prise en charge, l’hospitalisation, les lits d’oxygène sont actuellement occupés à leur maximum. Donc d’une manière ou d’une autre, il faut couper cette chaîne de transmission."
Rafla Tej Dellagi
Responsable du centre de vaccination du Palais des Congrès de Tunis

Face aux pénuries d'oxygène, de personnel médical et de lits de réanimation, la situation sanitaire en Tunisie est devenue catastrophique, poussant de nombreux pays à envoyer des aides médicales ces derniers jours.

Cohue, bousculades et déceptions

Les stocks de vaccin étaient insuffisants pour vacciner tous les Tunisiens qui se sont présentés dans les 29 centres de l'opération. De nombreuses personnes ont attendu de longues heures sous le soleil sans pouvoir obtenir leur dose.

Je veux me faire vacciner pour qu'on puisse reprendre notre vie, mais il y avait des milliers de gens qui attendaient alors je suis rentré: c'était trop risqué d'attraper le Covid.
Rami Nebli
Habitant de Radès, dans la banlieue de Tunis

Le ministre de la santé Faouzi Mehdi a été limogé dans la foulée, accusé de "cafouillages quotidiens" dans la gestion de l'épidémie. "Du jour au lendemain annoncer une mesure populiste comme ça [...] je considère que c'est une décision criminelle" a dénoncé le chef du gouvernement tunisien Hichem Mechichi dans une allocution. Faouzi Mehdi était déjà le cinquième ministre de la santé en 18 mois d'épidémie.