DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Réfugié aux Emirats arabes unis, l'ex président Ghani veut encore jouer un rôle

Access to the comments Discussion
Par Euronews avec AFP
euronews_icons_loading
Réfugié aux Emirats arabes unis, l'ex président Ghani veut encore jouer un rôle
Tous droits réservés  AP Photo/Rahmat Gul, File
Taille du texte Aa Aa

L'ancien président afghan Ashraf Ghani a déclaré mercredi soutenir les négociations entre les talibans et d'anciens hauts responsables afghans, ajoutant qu'il était "en discussion pour rentrer" dans son pays qu'il a fui ce week-end pour se réfugier aux Emirats Arabes Unis.

"Je soutiens l'initiative du gouvernement de négocier avec (l'ex-vice président) Abdullah Abdullah et l'ancien président Hamid Karzai (son prédécesseur, ndlr). Je souhaite le succès de ce processus", a-t-il déclaré dans un message vidéo posté sur Facebook, depuis les Emirats.

"Pour l'instant, je suis aux Emirats pour que le sang cesse de couler et que le chaos cesse"
Ashraf Ghani
Ancien président afghan

C'est Abdullah Abdullah, un rival de longue date de M. Ghani, qui avait annoncé la fuite de l'ancien président.

"Pour l'instant, je suis aux Emirats pour que le sang cesse de couler et que le chaos cesse", a-t-il déclaré dans ce message, sa première apparition depuis qu'il a fui la capitale dimanche.

Il a précisé qu'il n'avait "aucune intention" de rester en exil. "Je suis actuellement en pourparlers pour retourner en Afghanistan", a-t-il dit.

Il s'est défendu d'avoir fui pour son intérêt personnel.

"Ne croyez pas ceux, quels qu'ils soient, qui disent que votre président vous a vendu, qu'il a fui dans son propre intérêt et pour sauver sa peau", a-t-il dit. "Ces accusations sont sans fondements et je les rejette vigoureusement".

"J'ai été chassé d'Afghanistan d'une manière telle que je n'ai même pas eu le temps de retirer mes pantoufles et d'enfiler mes bottes", a-t-il assuré, précisant être arrivé "les mains vides" aux Emirats alors que les rumeurs les plus folles courent sur les monceaux de dollars qu'il aurait emportés.

Il a affirmé que les talibans étaient entrés dans Kaboul en violation de leurs engagements.

"Si j'étais resté là, un autre président élu d'Afghanistan aurait été pendu sous les yeux des Afghans", a-t-il affirmé.

Les Emirats arabes unis avaient annoncé plus tôt dans la journée qu'ils accueillaient Ghani "pour raisons humanitaires".

Les dirigeants talibans ont déclaré avoir "gracié tous les anciens responsables gouvernementaux", selon le groupe de surveillance des sites islamistes SITE.

M. Ghani a succédé à M. Karzai à la tête de l'Afghanistan en 2014.