DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Quand la tragédie des attentats du 11 septembre façonne votre vie : Anish et sa famille racontent

Access to the comments Discussion
Par euronews avec AFP
euronews_icons_loading
Anish Shrivastava, né le 11 septembre 2001 à Princetown, aux Etats-Unis, 24/07/2021
Anish Shrivastava, né le 11 septembre 2001 à Princetown, aux Etats-Unis, 24/07/2021   -   Tous droits réservés  AFP
Taille du texte Aa Aa

Il est né le 11 septembre 2001, comme 13 000 autres enfants ce jour funeste aux États-Unis. Et ce matin-là, Anish a sauvé son oncle des attentats des tours jumelles du World Trade Center.

Une naissance marquante qui a d'abord façonné la vie de sa famille, puis la sienne. Près de 20 ans après le 9/11, la famille Shrivastava se souvient de ce jour surréaliste à Princetown, dans le New Jersey.

_"Ce matin-là, je ne sais pas pourquoi - il y avait quelque chose qui... peut-être une intuition ou des choses comme ça, et mon frère a décidé qu'il n'irait pas au bureau. Il est venu nous voir et Anish est né à 10h05" _explique Ashish Shrivastava, le père d'Anish.

_"Au fur et à mesure, c'est devenu plus effrayant, parce que, vous savez, être là, avec mon frère qui regarde ça en direct à la télé, son bureau, dans ce bâtiment, ses collègues avec qui il a travaillé.... Il était dans une angoisse constante de ce qui arrivait à tous ceux qui étaient au bureau à ce moment-là". _

Pour la mère d'Anish, Jaya Shrivastava, la naissance de son premier enfant a pris tout son sens :

"Il n'était pas supposer naître le 11, il était attendu le 21 septembre, il y avait une raison à ce qu'il naisse ce jour-là."

Anish évoque aussi le destin pour parler de son oncle :

"Nous sommes connectés, liés par le destin, et ça nous a rendu très proches tous les deux."

Mais son anniversaire, Anish ne l'a jamais fêté le 11 septembre, sa mère nous explique pourquoi :

"Pendant longtemps, nous n'avons jamais vraiment célébré son anniversaire ce jour-là, parce que, vous savez, je connais personnellement quelques femmes dont les maris étaient partis travailler, et qui ne sont pas revenus ce soir-là. Et à cette date-là, tout se rejoue sous vos yeux à chaque fois."

C'est donc sous le prisme de la tragédie de ces attentats qu'Anish a grandi. Élève ingénieur bientôt en troisième année d'université, il a toujours voulu "aider", d'une façon ou d'une autre et il compte bien travailler un jour à New York :

"Je suppose que j'essaie peut-être de transformer la perte et tous les sentiments négatifs associés à ce jour et que j'essaie de redonner à la communauté du positif, nous avons eu cette résilience, nous avons été capables de repartir, et de faire le deuil de ceux qui sont morts, mais nous avons aussi su en tirer une leçon, à savoir que nous pouvons nous reconstruire pour un avenir meilleur."

Une force sans doute tirée de l'élan de solidarité et de l'unité dont on fait preuve les américains après le 11 septembre 2001.