DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Guinée: des putschistes affirment avoir capturé le président Condé, confusion à Conakry

Access to the comments Discussion
Par Euronews avec AFP
euronews_icons_loading
Le président Alpha Condé - Archive
Le président Alpha Condé - Archive   -   Tous droits réservés  CAROL VALADE/AFP
Taille du texte Aa Aa

Des officiers des forces spéciales guinéennes ont affirmé dimanche avoir capturé le chef de l'Etat Alpha Condé et "dissoudre" les institutions, mais une grande confusion régnait à Conakry sur qui était maître de la situation.

Le ministère de la Défense a ainsi assuré avoir repoussé l'attaque des forces spéciales contre la présidence, malgré la diffusion d'une vidéo montrant le président Condé entre les mains des putschistes.

"Nous avons décidé après avoir pris le président, qui est actuellement avec nous (...) de dissoudre la Constitution en vigueur, de dissoudre les institutions ; nous avons décidé aussi de dissoudre le gouvernement et la fermeture des frontières terrestres et aériennes", a dit le chef des forces spéciales, le lieutenant-colonel Mamady Doumbouya, au côté de putschistes en uniforme et en armes, dans une vidéo adressée à un correspondant de l'AFP.

Dénonçant la "gabegie", le lieutenant-colonel Doumbouya, drapé dans un drapeau guinéen, a ensuite réitéré cette déclaration à la télévision nationale peu après 14h GMT, interrompant les programmes habituels.

Les putschistes ont également diffusé une vidéo du président Condé entre leurs mains. Ils lui demandent s'il a été maltraité, et Alpha Condé, en jeans et chemise froissée dans un canapé, refuse de leur répondre.

De son côté, le ministère de la Défense a affirmé dans un communiqué que "les insurgés (avaient) semé la peur" à Conakry avant de prendre la direction du palais présidentiel, mais que "la garde présidentielle, appuyée par les forces de défense et de sécurité, loyalistes et républicaines, ont contenu la menace et repoussé le groupe d'assaillants".

"Soldats surexcités"

Tôt dans la matinée, des tirs nourris d'armes automatiques avaient retenti sur la presqu'île de Kaloum, centre névralgique de Conakry, où siègent la présidence, les institutions et les bureaux d'affaires de ce pays d'Afrique de l'Ouest en proie depuis des mois à une grave crise économique et politique.

"J'ai vu une colonne de véhicules militaires à bord desquels des soldats surexcités tiraient en l'air et entonnaient des slogans militaires", a déclaré à l'AFP une habitante du quartier de Tombo, proche du centre de la capitale.

"Les soldats étaient tous cagoulés" et se dirigeaient vers Kaloum, a-t-elle précisé sous le couvert de l'anonymat pour des raisons de sécurité.

Un habitant de la banlieue de Coléah a indiqué avoir "entendu des tirs" tôt dans la matinée. "Je me suis précipité vers la fenêtre, j'ai vu des jeeps militaires qui roulaient à vive allure vers le centre de Kaloum", a-t-il dit.

L'appel d'Antonio Guterres

Les tensions pourraient avoir été provoquées par une tentative de mise à l'écart du commandant des forces spéciales, sur fond de jalousies au sein des forces armées envers cette unité bénéficiant de moyens supérieurs aux autres forces de sécurité, a expliqué un diplomate occidental s'exprimant sous le couvert de l'anonymat. Des habitants joints au téléphone à Kaloum ont fait état de tirs soutenus, disant avoir vu de nombreux soldats intimant aux résidents de rentrer chez eux et de ne pas en sortir.

Le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, a "fermement" condamné dimanche dans un tweet "toute prise de pouvoir" en Guinée "par la force du fusil". Dans son message, le chef de l'ONU appelle également "à la libération immédiate du président Alpha Condé", en précisant suivre la situation dans le pays "de très près".

Depuis des mois, ce pays d'Afrique de l'Ouest, parmi les plus pauvres du monde malgré des ressources minières et hydrologiques considérables, est en proie à une profonde crise politique et économique, aggravée par la pandémie de Covid-19.

Répression de la contestation

La candidature de M. Condé à un troisième mandat en 2020 a provoqué des mois de tensions qui ont causé des dizaines de morts dans un pays coutumier des confrontations politiques sanglantes. L'élection a été précédée et suivie par l'arrestation de dizaines d'opposants.

M. Condé, 83 ans, a entamé son troisième mandat en décembre 2020, malgré les recours de son principal challenger, Cellou Dalein Diallo, et de trois autres candidats qui dénonçaient des "bourrages d'urnes" et des irrégularités de toutes sortes. Alpha Condé était devenu en 2010 le premier président démocratiquement élu en Guinée après des décennies de régimes autoritaires. Des défenseurs des droits humains fustigent une dérive autoritaire observée sous sa présidence au fil des ans et remettant en cause les acquis du début.

Le président avait fait adopter en mars 2020, malgré une contestation déjà vive, une nouvelle Constitution pour, disait-il, "moderniser (les) institutions" et, par exemple, accorder une plus grande place aux femmes et aux jeunes. L'opposition dénonçait un "coup d'Etat" constitutionnel. La contestation a été à plusieurs reprises durement réprimée. M. Condé se targue d'avoir fait avancer les droits humains et d'avoir redressé un pays qu'il dit avoir trouvé en ruines.