DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

"Certains ont la bave aux lèvres" : Justin Trudeau en mauvaise posture pour les législatives

Access to the comments Discussion
Par euronews
euronews_icons_loading
"Certains ont la bave aux lèvres" : Justin Trudeau en mauvaise posture pour les législatives
Tous droits réservés  Sean Kilpatrick/AP
Taille du texte Aa Aa

Dépassé dans les sondages par son rival conservateur, le Premier ministre canadien Justin Trudeau est à la peine à moins de deux semaines des législatives anticipées. Élections qu'il a convoquées mi-août alors que les sondages étaient pourtant encourageants.

Des opposants aux mesures sanitaires l'accueillent à chacun de ses déplacements. Lundi, à London, dans l'Ontario, ils lui ont même jeté des graviers, un incident fermement condamné par toute la classe politique canadienne.

Depuis le début de la campagne électorale, Justin Trudeau patine et son objectif de retrouver une majorité absolue à la chambre des Communes semble difficilement atteignable. Et il n'a même plus la certitude de conserver son poste au vu des dernières enquêtes d'opinion.

Fin août, cerné par des manifestants, il avait été contraint d'annuler un meeting électoral.

Au lendemain de cet incident "absolument inacceptable", Justin Trudeau a surtout insisté sur le danger que présentent ces foules au sein desquelles certains "ont quasiment la bave aux lèvres".

"Ceux qui mettent les autres en danger n'auront pas ma sympathie", a-t-il ajouté évoquant le "harcèlement" ou les "intimidations" dont sont victimes les infirmières, les médecins de la part des anti-vaccins. "Nous ne les laisserons pas gagner. Ce n'est pas ce que nous sommes en tant que pays".

Cet incident a également été "fermement" condamné par le chef des conservateurs, Erin O'Toole, qui a estimé que "la violence politique" n'était "jamais justifiée". Même son de cloche du côté du leader du Nouveau parti démocratique qui a jugé que malgré "la colère", il n'était jamais "acceptable de jeter des pierres".

Dans le pays, près de 67% de la population est pourtant entièrement vaccinée et d'après les enquêtes plus de 80% des Canadiens appuient la mise en place d'un passeport vaccinal.

Justin Trudeau et Erin O'Toole, les deux chefs de file des grands partis doivent de nouveau se retrouver ce mercredi et jeudi pour le "débat des chefs", le premier se fera en français et le second en anglais. Avec une campagne si serrée, c'est une semaine cruciale.

Erin O'Toole, 48 ans, qui a pris la tête de son parti il y a un an, risque d'être confronté à un feu de questions sur ses changements de position, notamment sur les armes à feu. Dimanche, il a renoncé à sa promesse de revenir sur l'interdiction de certaines armes d'assaut, sujet sensible dans un pays qui a connu plusieurs tueries ces dernières années.

La majorité des derniers sondages donne le conservateur Erin O'Toole autour de 34% des intentions de vote contre 31% des voix pour Justin Trudeau. Si cela se confirme M. O'Toole serait donc en position de prendre la tête d'un gouvernement minoritaire. La majorité absolue est de 170 sièges.

Avant la dissolution du Parlement, les libéraux comptaient 155 sièges, les conservateurs 119. De leur côté, le Bloc québécois et le NPD en ont respectivement 32 et 24. A cela s'ajoutent deux députés verts, cinq indépendants et un siège vacant.

Sources additionnelles • AFP