This content is not available in your region

La Suisse approuve le mariage gay par un large "oui"

Access to the comments Discussion
Par avec AFP
euronews_icons_loading
La Suisse approuve le mariage gay par un large "oui"
Tous droits réservés  Michael Buholzer/AP

La Suisse a rejoint la majorité des pays d'Europe occidentale en lançant un oui retentissant au mariage pour tous lors d'un référendum organisé dimanche.

Selon la plus récente estimation chiffrée de l'institut de sondage gfs.bern, le oui l'a emporté avec 64% avec une marge d'erreur de plus ou moins deux points de pourcentage.

Ce résultat, encore provisoire mais qui ne peut plus s'inverser, dépasse nettement le score annoncé par les sondages avant ce scrutin auquel s'opposaient notamment le parti populiste UDC, premier parti du pays et certains groupes religieux.

"C'est un jour historique". La formule revenait sur toutes les lèvres au QG des partisans du oui, dans un restaurant de Berne, pavoisé de drapeaux arc-en-ciel, où se sont retrouvés quelque 200 à 250 personnes.

Des affiches choc contre le mariage gay

Le camp du non avait repris des couleurs à l'approche du scrutin en menant une campagne axée fortement sur le bien-être de l'enfant, son développement et l'importance à ses yeux du couple composé d'un père et d'une mère.

Des affiches choc déploraient la marchandisation de l'enfant et affirmaient que "le mariage pour tous tue le père".

Sur l'une d'elles, on peut voir un bébé en pleurs, avec une étiquette à l'oreille d'habitude réservée au bétail, et cette question : "Des bébés sur commande ?".

Sur une autre, une énorme tête de zombie, censée représenter un père décédé, fixe les passants. Une école primaire en Valais avait même décidé de la recouvrir car elle effrayait les enfants.

Une longue bataille pour en arriver là

Les couples homosexuels pouvaient déjà nouer un pacte civil en Suisse, et dimanche les cantons qui s'y étaient opposé semblaient pour la plupart avoir voté en faveur de l'union homosexuelle 16 ans plus tard.

Le Parlement avait approuvé fin 2020 le mariage homosexuel. Ses opposants issus des milieux conservateurs ont alors lancé un référendum pour tenter de le bloquer, mais il a abouti dimanche à presque deux tiers (64%) de votes favorables au mariage pour tous.

Le nouveau texte prévoit notamment que les couples de même sexe puissent adopter un enfant conjointement. Les couples de femmes pourront de surcroît recourir au don de sperme. C'était l'un des points les plus controversés et mis en avant par les opposants.

Benjamin Roduit, conseiller national (député), du parti du Centre, a souligné sur la chaîne publique RTS que pour lui le mariage pour tous entre adultes consentants n'est pas un problème.

Il dit craindre, en revanche, les portes qu'ouvre selon lui l'accès au don de sperme pour les couples de lesbiennes. "La réussite de notre campagne aura été peut-être d'avoir thématisé l'enfant dans la PMA (procréation médicalement assistée)", a-t-il déclaré.

Les pays qui reconnaissent le mariage pour tous

En 1989, le Danemark devient pionnier en autorisant les premières unions civiles pour les couples homosexuels.

Mais ce sont les Pays-Bas qui, en avril 2001, sont le tout premier pays à légaliser le mariage homosexuel, qui accorde plus de droits. Depuis, 15 pays européens leur ont emboîté le pas : Belgique, Espagne, Norvège, Suède, Portugal, Islande, Danemark, France, Luxembourg, Irlande, Finlande, Malte, Allemagne, Autriche, Royaume-Uni. Ils sont maintenant 16, avec la Suisse.

L'union civile reste le seul statut autorisé pour les couples homosexuels en Hongrie, Croatie, Grèce, Chypre, Italie et République tchèque. Dans ce dernier pays, le processus législatif pour autoriser le mariage des couples de même sexe est en cours mais son issue est incertaine.

Les Slovènes, qui reconnaissent une union civile, ont rejeté en 2015 par référendum le mariage gay.

L'Estonie est devenue en octobre 2014 la première ancienne république soviétique à accorder l'union civile aux homosexuels.

En Roumanie, où le mariage gay n'est pas autorisé, un référendum visant à graver l'interdiction dans la Constitution a été invalidé en octobre 2018, en raison d'une forte abstention.

Le Canada a été le premier pays du continent américain à légaliser le mariage homosexuel, dès juin 2005.

Aux Etats-Unis, il faudra attendre juin 2015 pour que la Cour suprême légalise le mariage gay dans tout le pays, alors que 14 Etats sur 50 l'interdisaient.

En 2019, le tout premier mariage homosexuel de l'histoire des Etats-Unis (1971) a été officiellement validé au terme d'une bataille judiciaire de près d'un demi-siècle. A l'époque, un fonctionnaire de l'état civil du Minnesota ne s'était pas rendu compte que les deux conjoints étaient du même sexe.

En Amérique latine, six pays autorisent les mariages homosexuels: Argentine depuis juillet 2010, Uruguay, Brésil, Colombie, Equateur depuis 2019, Costa Rica depuis 2020.

Au Chili, où un pacte d'union civile est en vigueur pour les couples de même sexe, le mariage a été autorisé par le Sénat en juillet 2021 mais le processus législatif n'est pas terminé.

La ville de Mexico avait été, dès 2007, la première en Amérique latine à autoriser les unions civiles entre personnes du même sexe, avant de légaliser le mariage en 2009, devenu progressivement autorisé dans la moitié des 32 Etats mexicains.

Cuba, devant le rejet d'une partie de la population et des Eglises catholique et évangéliques, a renoncé à inscrire le mariage gay dans sa nouvelle Constitution adoptée en 2019. Au printemps 2021 a été créée une commission chargée de rédiger un nouveau Code de la famille, qui devrait inclure le mariage homosexuel avant d'être soumis à référendum.

A Taïwan, le Parlement a légalisé en 2019 le mariage entre personnes de même sexe, deux ans après une décision historique en ce sens de la Cour constitutionnelle.

Au Japon, le tribunal de première instance de Sapporo (nord) a jugé en mars 2021 que la non-reconnaissance du mariage entre personnes du même sexe était anticonstitutionnelle, une première.

Au Moyen-Orient, très répressif, Israël constitue une timide exception. Sans être illégal, le mariage gay n'y est pas possible, faute d'institution habilitée à le prononcer, mais est reconnu quand il a été contracté à l'étranger.

En Océanie, la Nouvelle-Zélande a légalisé le mariage homosexuel en 2013. L'Australie n'a autorisé de telles unions qu'en décembre 2017, par un vote du Parlement.

Sur un continent africain où une trentaine de pays interdisent l'homosexualité, l'Afrique du Sud se démarque, ayant légalisé depuis 2006 le mariage gay.