This content is not available in your region

Pénurie de main d'oeuvre au Royaume-Uni : de multiples secteurs touchés

Access to the comments Discussion
Par TADHG ENRIGHT
euronews_icons_loading
Pénurie de main d'oeuvre au Royaume-Uni : de multiples secteurs touchés
Tous droits réservés  Frank Augstein/Copyright 2021 The Associated Press. All rights reserved

Causée par le Brexit et aggravée par la crise sanitaire, la pénurie de main d'œuvre se fait de plus en plus sentir au Royaume-Uni.

Les employés des sociétés de nettoyage figurent sur la longue liste des métiers touchés par la pénurie de main d'œuvre de l'autre côté de la Manche. Quand le Royaume-Uni a quitté l'Union européenne, il a aussi fermé ses portes aux migrants susceptibles d'occuper des emplois peu qualifiés.

"Une grande partie de nos employés, environ 70% d'entre eux, sont espagnols, sud-américains, bulgares, roumains ; et beaucoup sont rentrés chez eux. Nous avons perdu au moins 25 % de nos effectifs. Lorsque nous recrutons, ils ne sont pas intéressés ; ils ne veulent pas du poste ou des horaires de travail de 9 heures à 17 heures, ils demandent à finir à 15 heures", explique Mary-Jane Pettit de la société "Pioneer Facilities Management".

Et des secteurs très divers sont touchés. Le manque de chauffeurs routiers a perturbé l'approvisionnement des stations-service, mais aussi celui des supermarchés. Le manque de volailles a poussé à la fermeture des restaurants spécialisés. Même McDonalds a manqué de milkshakes.

La puissante organisation patronale, CBI, la Confédération de l'Industrie Britannique, a averti que la pénurie de main d'œuvre pourrait durer deux ans. Depuis le Brexit, le Royaume-Uni affirme ne vouloir admettre que des travailleurs étrangers hautement qualifiés. Il encourage les employeurs à pourvoir les postes vacants peu qualifiés avec des personnes vivant déjà ici. Mais pour les entreprises, les visas devraient être accordés en fonction des besoins en compétences.

"Si nous voulons résoudre les pénuries immédiates de main-d'œuvre et de compétences, il faut utiliser le système d'immigration mis en place pour cet objectif. Nous avons dit que nous aurions désormais un système qui ne ferait entrer que les compétences dont nous avons besoin, et c'est exactement le cas", estime Tony Danker, directeur de la CBI.

La semaine dernière, le gouvernement a cédé promettant des visas temporaires pour les routiers et les travailleurs des élevages de volaille, mais la Confédération de l'Industrie Britannique a identifié une longue liste d'autres compétences dont la Grande-Bretagne a besoin, comme les conducteurs de chariots élévateurs ou les chefs cuisiniers.

Le gouvernement britannique est catégorique : son nouveau régime d'immigration n'est pas à blâmer. Pourtant, l'assouplissement temporaire des règles fait partie de la solution proposée. Mais les chefs d'entreprise estiment que des visas à court terme ne seront pas suffisants pour attirer les personnes dont ils ont besoin.