This content is not available in your region

Covid-19 : en Europe, moins de masques mais plus de pass sanitaires

Access to the comments Discussion
Par euronews
euronews_icons_loading
Covid-19 : en Europe, moins de masques mais plus de pass sanitaires
Tous droits réservés  PTRTP via EVN screengrab

Le Portugal célèbre aujourd'hui la "Journée de la liberté" ou presque. Le pays lève la plupart des restrictions sanitaires et rouvre les boîtes de nuit, un secteur fermé depuis mars 2020.

Mais si le masque n'est plus obligatoire dans ces établissement, le Pass sanitaire l'est. Même si 85 % de la population portugaise est complètement vaccinée, les masques devront être portés dans les transports publics, les hôpitaux, les écoles, les lieux de divertissement et les zones commerciales de plus de 400 mètres carrés.

Le Pass reste obligatoire pour les voyages en avion, en bateau, les visites dans les maisons de retraite et les hôpitaux, ainsi que les grandes manifestations culturelles et sportives. Mais il n'est en revanche plus obligatoire dans les restaurants, les hôtels ou les lieux de travail.

En Belgique, aussi les masques ne sont désormais plus obligatoires dans le secteur de l'hôtellerie et des magasins, sauf en intérieur à Bruxelles. Les boîtes de nuit et les pubs dansants peuvent à nouveau ouvrir leurs portes dès ce soir. Les restrictions en termes d'horaires sont levées, excepté encore à Bruxelles.

Au Vatican, dès ce jour, un certificat sanitaire prouvant que l'on est immunisé contre le Covid-19 est obligatoire pour entrer dans la ville-état. Les résidents, les travailleurs et les visiteurs devront être munis du "laissez-passer vert" ou "Green pass", déjà largement utilisé en Italie voisine. Une exception sera faite pour les personnes assistant à la messe "pour le temps strictement nécessaire au rite", selon le Vatican.

En Slovénie, la Cour constitutionnelle a bloqué un projet du gouvernement visant à rendre obligatoire la vaccination contre le coronavirus pour les employés du secteur public. Cette loi devait entrer en vigueur ce samedi. Le gouvernement avait prévu d'exiger qu'environ 31 000 personnes, fonctionnaires, policiers et soldats, soient vaccinées ou se soient rétablies du Covid-19 pour pouvoir continuer à travailler.

Sources additionnelles • Lusa