This content is not available in your region

Pédophilie : et après le pardon de l'Eglise ?

Access to the comments Discussion
Par Laurence Alexandrowicz
euronews_icons_loading
La basilique de Fourvière à Lyon
La basilique de Fourvière à Lyon   -   Tous droits réservés  Cleared

L'église sous le choc, pétrie de honte après la publication du rapport Sauvé. Oui, mais après ? L'institution saura-t-elle répondre à la souffrance des victimes ?

Le rapport Sauvé préconise d'individualiser le calcul de l'indemnisation due à chaque personne en fonction des préjudices et propose de financer les indemnités à partir du patrimoine des agresseurs et de l'Église de France.

"Cette indemnisation ça n'est pas un don, une libéralité qui serait consentie aux victimes, c'est un dû, martèle Jean-Marc Sauvé, président de la commission d'enquête. Les victimes, pense-t-on, ont une créance sur l'Église."

François Devaux abusé par un prêtre pédophile, doute de la volonté d'indemnisation,

"Je sais bien que le point sur lequel ils ne veulent pas aller, c'est celui-ci (l'indemnisation, ndlr) et la reconnaissance, la première étape de la reconnaissance de leur responsabilité, le premier processus qui est loin de se suffire à lui tout seul, c'est l'indemnisation des victimes", explique François Devaux, co-fondateur de La Parole libérée.

La publication du rapport de la Commission indépendante sur les abus sexuels depuis 1950 est un coup de tonnerre, car les chiffres dépassent ce que l'Église imaginait.

"J'ai honte de ce qui s'est passé, de ces actes inqualifiables, déclare Olivier de Germay, l'archevêque de Lyon, mais aussi de la façon dont ces affaires ont été traitées. Ces chiffres effroyables montrent que dans le passé, l'Eglise a été défaillante en voulant gérer en interne ces questions. Elle n'a pas su ou n'a pas voulu voir ce qui se passait et a mis bien du temps à réaliser l'ampleur du phénomène.//Je voudrais redire aux personnes victimes notre honte et notre compassion. Au nom de l'Eglise, je leur demande pardon."

Les quelque 120 évêques de France ont rendez-vous à Lourdes début novembre pour leur assemblée plénière, nul doute que le scandale de la pédophilie pèsera sur les débats.