This content is not available in your region

Des exilés accueillis par des familles polonaises

Access to the comments Discussion
Par euronews
euronews_icons_loading
Des exilés accueillis par des familles polonaises
Tous droits réservés  Euronews

Selon une ancienne tradition polonaise, pour le repas de Noël, il faut toujours laisser une assiette vide à table. C'est pour un invité inattendu et dans le besoin qui pourrait frapper à la porte ce jour-là.

Très touchés par la crise migratoire dans l'est de la Pologne, Martyna Czyzewska et son mari ont décidé d'accueillir un demandeur d'asile originaire d'Afghanistan.

Depuis plus de six mois, des milliers de migrants essaient de traverser la frontière entre le Bélarus et la Pologne. Des milliers de familles, coincées à la frontière, errent dans des forêts glaciales, sans aide ni nourriture.

La Pologne accuse l'homme fort du Bélarus, Alexandre Loukachenko, de faire venir des migrants du Moyen-Orient, pour ensuite les envoyer délibérément de Minsk aux frontières de l'Union européenne.

En réponse, les pays de l'Est de l'Union européenne, y compris la Pologne, ont érigé des clôtures.

Les chercheurs de l'ONG Human Rights Watch indiquent avoir eu des entretiens approfondis avec 19 personnes dont les récits ont révélé que certaines d'entre elles "avaient été repoussées, parfois violemment, par des gardes-frontières polonais".

"C'est mon pays qui ne veut pas accueillir ces personnes, donc c'est un peu comme si je ne les accueillais pas non plus. Je me sentais responsable. J'essaie simplement de passer à l’action, je ne veux plus me sentir impuissante face à tout ça.", se confie Martyna Czyzewska.

Cela fait maintenant six mois que Shamsul Rakhman, un demandeur d’asile afghan, a réussi à traverser la frontière entre la Pologne et le Bélarus. Depuis 6 semaines il vit avec la famille Czyzewski.

"C'est grâce au football que j'ai pu venir en Pologne"

"Vu les conditions de mon pays, qui durent depuis de nombreuses années, j'avais décidé de quitter l’Afghanistan. Pour cela j’avais planifié mon voyage grâce au football. Nous étions en Russie pendant le championnat de foot. De la Russie, en passant par le Bélarus, nous avons finalement réussi a rejoindre la Pologne.", nous explique le jeune migrant.

Finalement cette année, il n'y aura pas "d’assiette vide" chez les Czyzewski.