This content is not available in your region

Hong Kong : un comité législatif "patriote" et un nouveau média qui ferme

Access to the comments Discussion
Par Euronews  avec AFP
euronews_icons_loading
Conseil législatif à Hong Kong le 03/01/2022
Conseil législatif à Hong Kong le 03/01/2022   -   Tous droits réservés  frame

A Hong Kong, les nouveaux membres du Conseil législatif ont prêté serment ce lundi, une assemblée désormais sans aucune voix critique envers Pékin.

Les 90 législateurs sont tous des "patriotes". Leur désignation avait été encadrée par de nouvelles règles empêchant la présence de toute opposition pro-démocratie. Une loi sur la sécurité nationale criminalise depuis 2020 tout acte considéré comme dissident et de nouvelles lois ont été adoptées pour purger les administrations et institutions d'éléments perçus comme "non patriotes".

La Chine vante ce nouveau système politique porteur de stabilité. Et à Hong Kong, les députés, eux aussi, démentent toute attaque contre les libertés individuelles.

"Nouvelle définition de la liberté de la presse"

"Je ne vois aucune violation de la liberté d'expression ou de la liberté de la presse. Tous les citoyens de Hong Kong jouissent toujours de la liberté d'expression, tant qu'ils agissent dans le respect de la loi" a ainsi réagi Mak Mei-kuen, membre du conseil législatif de Hong Kong.

La veille l'un des organes d'informations en ligne les plus populaires, CitizenNews, a annoncé sa fermeture par crainte pour la sécurité de ses journalistes. Une réaction à une vague de perquisitions et d'arrestations qui a visé Stand News, un média en ligne pro-démocratie, la semaine passée.

"Il existe désormais une nouvelle définition de la liberté de la presse. Et ceux qui sont considérés comme critiques ou fauteurs de troubles sont plus vulnérables," a expliqué le co-fondateur de ce média indépendant, Chris Yeung.

Le climat pour la presse s'est largement dégradé à Hong Kong. En juin dernier, le journal pro-démocratie Apple Daily avait lui aussi été contraint de fermer après le gel de ses actifs et l'arrestation de ses dirigeants.