euronews_icons_loading
Dubai Airshow : l'industrie aéronautique sur la piste de la guérison

Dubai Airshow 2021, le salon aéronautique de Dubaï, a été cet automne, la vitrine d'une industrie durement touchée par le coronavirus, mais en voie de guérison. Boeing et Airbus ont été une nouvelle fois, les vedettes de l'événement, se disputant les commandes de plusieurs milliards de dollars des compagnies aériennes du Golfe et réglant les derniers détails quelques minutes avant des conférences de presse très attendues. Cependant, l'exposition qui a duré cinq jours s'est déroulée dans un contexte plus calme en raison de l'annulation de nombreux vols et voyages dans le contexte de pandémie.

Au premier jour du salon, les regards se sont portés vers la défense et le matériel militaire de pays comme la Russie et Israël. Star sur le tarmac à l'extérieur du hall d'exposition : l'avion de combat russe Checkmate qui a été présenté à la presse dans un hangar construit sur-mesure sous un ballet de lumières laser. L'appareil dont le prix de base est de 35 millions de dollars est un concurrent moins coûteux que le F-35 américain que les Émirats arabes unis tentent d'acquérir depuis qu'ils ont officiellement reconnu Israël l'an dernier dans le cadre d'un accord négocié par l'administration Trump. La conclusion de cette vente a été depuis, ralentie par le président américain Joe Biden.

Lors du salon, le président brésilien Jair Bolsonaro s'est rendu tout sourire sur le stand de l'emblématique entreprise aérospatiale brésilienne Embraer inspectant l'énorme avion de transport C-390 Millennium et saluant une foule de journalistes.

L'un des accords commerciaux les plus importants a été la vente par Airbus de 255 nouveaux appareils aux différentes compagnies à bas prix d'Indigo Partners. L'accord prévoit l'achat de 102 avions pour la compagnie à bas prix Wizz Air, 91 pour l'américaine Frontier, 39 pour la mexicaine Volaris et 23 pour la sud-américaine JetSmart. L'offre comprend un mélange d'appareils A321neo et A321XLR. Aux prix catalogue d'Airbus avant la pandémie, la commande s'élèverait à bien plus de 30 milliards de dollars. La société a refusé de préciser le prix de vente.

Le salon aéronautique s'est déroulé à proximité de l'aéroport Al Maktoum de Dubaï, une deuxième plateforme internationale plus petite que l'aéroport principal de Dubaï, le plus fréquenté au monde pour les voyages internationaux.

Avec les déploiements de vaccins en cours dans de nombreux pays du monde, l'industrie aérienne dans son ensemble se remet de la perte nette d'environ 138 milliards de dollars enregistrée en 2020. L'Association internationale du transport aérien prévoyait à l'automne dernier, une perte nette de 11,6 milliards de dollars pour les compagnies en 2022 et près de 52 milliards de dollars de pertes l'an dernier.

Bien que les voyages commerciaux restent incertains dans le contexte de la pandémie, les volumes de fret sont supérieurs aux niveaux d'avant la pandémie. Certaines compagnies aériennes ont retiré des sièges sur leurs vols passagers cloués au sol et transformé leurs appareils en avions cargo.

Face à cette demande croissante, Boeing a annoncé son intention d'ajouter trois lignes de conversion - une au Royaume-Uni et deux au Canada - pour transformer des avions commerciaux en transporteurs de fret. Boeing a également signé une commande avec Icelease pour 11 de ses 737 cargo.