This content is not available in your region

Ukraine : après l'échec des réunions, la menace d'un nouveau conflit toujours pas écartée

Access to the comments Discussion
Par euronews & AFP
euronews_icons_loading
Ukraine : après l'échec des réunions, la menace d'un nouveau conflit toujours pas écartée
Tous droits réservés  Olivier Matthys/Copyright 2022 The Associated Press. All rights reserved

La menace d'un nouveau conflit en Ukraine n'est toujours pas écartée. Les trois réunions de négociations à Genève, Bruxelles et Vienne n'ont rien donné. Les désaccords sont si grands que la Russie ne voit pas l'utilité de nouveaux pourparlers quand l'OSCE prône un retour d'urgence au dialogue pour enrayer l'escalade. Dialogue ou représailles, les Etats-Unis n'excluent aucun scénario.

Jake Sullivan, Conseiller à la sécurité nationale de la Maison Blanche : "Nous avons achevé une semaine intense de diplomatie. La Russie a fait part de ses préoccupations. Nous avons parlé de nos inquiétudes, y compris les actions entreprises par la Russie pour miner la sécurité européenne... Nous sommes prêts à poursuivre la diplomatie pour faire progresser la sécurité et la stabilité dans la région euro-atlantique. Nous sommes tout aussi prêts si la Russie choisit une autre voie".

La balle est dans le camp de Poutine. Est-il intéressé par un dialogue et une sorte de négociation ?
Jamie Shea
Ex-secrétaire général adjoint de l'OTAN

Promesses de Moscou

Moscou assure ne pas vouloir attaquer l'Ukraine et accuse l'OTAN de se livrer à des manoeuvres militaires à ses frontières. Pour la Russie, pas question d'élargir l'OTAN. Elle pourrait même envoyer des moyens militaires à Cuba et au Venezuela si l'alliance campait sur ses positions.

Sergueï Riabkov, vice-ministre russe des Affaires étrangères : "Le président russe s'est exprimé à plusieurs reprises sur ce sujet en particulier, sur ce que devraient être les actions militaires au sein de la marine russe, si tout va dans le sens de provoquer la Russie et du renforcement de la pression militaire du côté des États-Unis. Nous ne le voulons pas, les diplomates doivent négocier."

Postures ou sincérité 

Pour l'ancien secrétaire général adjoint délégué de l'OTAN, la suite des événements dépend de la Russie :

Jamie Shea, ancien secrétaire général adjoint délégué de l'OTAN :"La balle est dans le camp de Poutine. Est-il intéressé par un dialogue et une sorte de négociation ? ou bien toutes ces postures côté russe ne visent t-elles qu'à maximiser des demandes inacceptables, sans chercher aucune solution et simplement utiliser l'échec des pourparlers, qui étaient censés échouer de toute façon, comme un prétexte pour envahir l'Ukraine ?"

Pour la Lituanie, qui partage une frontière avec la Russie, la menace de guerre est plus grande que jamais depuis 1945, et le pays se prépare à divers scénarios, y compris celui d'une confrontation militaire directe.