Cet article n'est pas disponible depuis votre région

Législatives en Suède : la lutte contre les gangs au cœur de la campagne

Access to the comments Discussion
Par Euronews
euronews_icons_loading
Vendredi 19 août, à Malmö
Vendredi 19 août, à Malmö   -   Tous droits réservés  AFP

La Suède élit son nouveau parlement le 11 septembre prochain. Au cœur de la campagne : la criminalité des gangs.

Il reste moins d'un mois avant que la Suède élise son nouveau parlement, le 11 septembre prochain. Cette fois encore, un thème domine la campagne : la criminalité des gangs.

Vendredi 19 août, une fusillade a eu lieu dans un centre commercial de Malmö dans le sud du pays, faisant une victime. Selon la police, le tireur présumé de 15 ans appartenait à un gang.

Cette offensive se déroulera sur deux fronts : contre les armes à feu et contre les gangs
Magdalena Andersson
Première ministre suédoise

Ce n'est malheureusement pas un cas isolé. Le royaume scandinave est gangréné par ces clans mafieux. Depuis le début de l'année, au moins une personne a été tuée par balle chaque semaine en Suède.

La première ministre sociale-démocrate Magdalena Andersson cherche des solutions pour sortir de cette spirale de la violence : "Cette offensive se déroulera sur deux fronts : contre les armes à feu et contre les gangs. Tout d'abord, nous allons agir directement contre le trafic d'armes illégales. À l'avenir, la police sera autorisée, à fouiller chaque pièce du sous-sol, chaque appartement et chaque voiture où les criminels pourraient avoir caché des armes"

Politique sociale

Fusillades, voitures en feu, explosions : cela fait des années que les gangs posent problème en Suède. Bien souvent, il s'agit de règlements de compte, ou de trafic de drogue. Mais les criminels sont de plus en plus jeunes et certains sont issus de familles d'immigrés. Les experts fustigent la politique d'intégration. Selon eux, trop peu d'argent a été consacré à l'éducation et à la politique sociale, contribuant ainsi à la formation de ghettos, et de sociétés parallèles. Comme à Hjällbo, une banlieue de la ville de Göteborg, dans l'ouest du pays.

Comme dans d'autres quartiers, la police a été renforcée à Hjällbo. Le gouvernement veut désormais prendre des mesures encore plus sévères. Par exemple, la peine minimale pour les infractions liées aux armes devrait passer de deux à quatre ans de prison.

Mais pour l'opposition, cela ne va pas assez loin. S'ils obtiennent la majorité lors du renouvellement du Parlement le 11 septembre prochain, ils promettent que l'appartenance à un gang sera considéré comme un délit, et que toute personne immigrée rejoignant un de ces clans, sera immédiatement expulsée.