This content is not available in your region

Plus de résidus de pesticides sur les fruits et légumes

Access to the comments Discussion
Par Maria Psara  & Euronews
euronews_icons_loading
Une enquête de l'ONG PAN Europe révèle une augmentation des résidus de pesticides
Une enquête de l'ONG PAN Europe révèle une augmentation des résidus de pesticides   -   Tous droits réservés  Pavel Golovkin/AP

Les fruits et légumes en Europe sont contaminés par des pesticides les plus dangereux. C'est la conclusion d'une étude de neuf ans, menée par l'ONG Pesticide Action Network Europe (PAN Europe). L'analyse, sur près de 100 000 échantillons, indique une augmentation de 53% des résidus.

Les fruits les plus contaminés sont les mûres (51%), les pêches (45%), les fraises (38%), les cerises (35%) et les abricots (35%). Pour les légumes, les plus touchés sont le céleri (50%), le céleri-rave (45%) et le chou frisé (31%).

Selon l’enquête les productions sont souvent concernées par un mélange de produits phytosanitaires.

"Il y a une augmentation de plusieurs pesticides trouvés sur un fruit. Et nous appelons cela un effet cocktail qui peut se produire. La substance d'un pesticide peut avoir un certain effet, et si l'on ajoute un autre pesticide sur le même fruit, ces deux produits peuvent interagir et avoir des effets qui n'ont même jamais été étudiés", s’alarme Angela Rupp de PAN Europe.

Selon les auteurs de l'étude, ces conclusions révèlent un échec des Etats membres dans la mise en œuvre des règles européennes au détriment de la protection des consommateurs. Cette exposition accrue aux pesticides va d’ailleurs à l'encontre de la stratégie européenne "De la ferme à la table" qui veut justement réduire ces produits.

"Il ne s'agit pas de diaboliser les agriculteurs. Ils sont sous de très fortes pressions. Il s'agit d'alerter les autorités, les Etats membres et l'Union européenne pour soutenir les producteurs, pour qu'ils adoptent des techniques alternatives et qu'ils s'ajustent aux règles pour réduire davantage les résidus de pesticide", précise Angela Rupp.

Contactée par Euronews, la Commission européenne n'a pas souhaité commenter en détail le rapport mais elle souligne que les études menées l'Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) indiquaient au contraire un progrès.

 "La tendance montrée par les rapports de l'EFSA entre 2011 et 2020 est positive puisque plus de deux tiers des échantillons ne contenaient aucun résidu en 2020, une amélioration par rapport à 2011 où cette tendance concernait la moitié" des échantillons, souligne l'institution.

PAN Europe réclame une interdiction des12 pesticides les plus toxiques et une sortie totale d'ici 2030 des 55 produits considérés comme dangereux.