Fin des visas pour les touristes russes? L'UE se penche sur la question

Access to the comments Discussion
Par Christopher Pitchers  & Yolaine de Kerchove (traduction)
Depuis le début de la guerre en Ukraine, près d'un million de citoyens russes ont obtenu des visas touristiques pour voyager en Europe
Depuis le début de la guerre en Ukraine, près d'un million de citoyens russes ont obtenu des visas touristiques pour voyager en Europe   -   Tous droits réservés  AP/Copyright 2022 The Associated Press. All rights reserved.

L'interdiction des visas pour les touristes russes dans toute l'Union européenne est à l'ordre du jour de la réunion des ministres européens des Affaires étrangères à Prague.

Les pays de l'Est et les pays scandinaves ont soutenu l'idée lancée par le président ukrainien Volodymyr Zelensky au début du mois.

Certains pays, comme la Finlande, ont déjà pris des mesures pour réduire le nombre de visas accordés aux touristes russes. Mais pour qu'une interdiction à l'échelle européenne fonctionne, tous les États membres doivent se mettre d'accord.

"A l'heure où, par exemple, les hommes ukrainiens doivent se battre pour leur liberté et la liberté de leur pays, les hommes russes peuvent venir dans les pays du sud de l'Europe pour passer des vacances ou faire du shopping dans les belles villes européennes, et ainsi de suite, et ce n'est tout simplement pas juste. ", a déclaré Urmas Paet, député européen estonien et vice-président de la commission des Affaires étrangères.

Les Russes munis de visas ont continué à venir en Europe, malgré la suspension des voyages aériens entre la Russie et l'Europe. Ils ont profité des règles de l'espace Schengen qui leur permettent de se déplacer librement sur le continent en entrant par les Etats membres limitrophes comme l'Estonie et la Lettonie,

Depuis le début de la guerre, près d'un million de citoyens russes sont venus en Europe avec des visas touristiques.

Même si les chiffres restent élevés, la Commission européenne n'est pas encore favorable à l'idée d'une interdiction à l'échelle européenne.

"Je ne pense pas qu'il soit utile de couper les relations avec la population civile russe. Et je ne pense pas que cette idée obtiendrait l'unanimité requise [au Conseil]. Je pense que nous devons revoir la manière dont certains Russes obtiennent des visas. Certainement les oligarques ou pas. Nous devons être plus sélectifs", a affirmé Josep Borrell, Haut représentant de l'UE pour les Affaires étrangères.

L'Allemagne et la France sont également réticentes face à cette proposition, arguant que c'est la guerre de Poutine, pas celle du peuple russe.

L'issue probable serait la suspension complète d'un accord d'exemption de visa conclu en 2007 avec Moscou, ce qui signifierait des demandes plus coûteuses et plus longues pour les Russes.

Video editor • Vassilis Glynos